"Si c'est un homme" de Primo Levi Fiche de lecture by CLOCHETTE32

"Si c'est un homme" de Primo Levi
Fiche de lecture sur le récit autobiographique de Primo Levi ecrit entre 1945 et 1947, dans lequel il raconte les horreurs de la déshumanisation des camps de concentration.
№ 4998 | 1,510 mots | 0 sources | 2007
Publié le avr. 07, 2008 in Histoire , Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le principal objectif de Levi, à travers ce livre, est de sauvegarder l’image et la mémoire de tous ces hommes «c’est encore en solitaire qu’ils meurent ou disparaissent, sans laisser de trace dans la mémoire de personne», mais aussi d’étudier le comportement humain.
Le fait de tout pouvoir raconter ainsi le libère d’un poids, celui de se dire que de son vivant il aura tout fait pour ne pas que l’on oublie «tout en vue d’une libération intérieure».
Cela lui permet aussi de revivre ses rêves, ceux dans lesquels personne ne croyait, sauf qu’ici il espère que cette vérité sera acceptée.

I) Le résumé

II) Les intentions de l’auteur

III) Les informations supplémentaires qu’apporte ce livre

Extrait du document:

Une fois au camp, les prisonniers sont déshabillés, tondus, rasés. On leur tatoue à chacun un numéro relatif à leur date d’arrivée, après avoir attendu plusieurs heures, ils sont douchés et on leur donne des vêtements de prisonniers. Au camp il y a des « Kapo » dans chaque block. Primo est dirigé dans le block 30, il dort avec quelqu’un d’autre dans une couchette de 70cm de large, il doit se laver tout en surveillant ses vêtements et doit cirer chaque jours ses chaussures. Lors des repas, ils ne reçoivent qu’une ration de pain et un petit bol de soupe ce qui les rend affamés jours et nuits.
Le pain devient alors une véritable monnaie d’échange entre les hommes, qui leur permet d’acquérir des vêtements, des cuillères et des couteaux…
Levi doit travailler chaque jours (un jour de repos tout les 15 jours) il décharge des pièces métalliques, jusqu’au jour où il se blesse au pied. Il est alors envoyé à l’infirmerie.

Commentaires