"Vive la 6ème République" d'Olivier Duhamel Fiche de lecture by pafounette

"Vive la 6ème République" d'Olivier Duhamel
Fiche de lecture sur l'essai du député européen Olivier Duhamel, qui est un véritable plaidoyer pour la construction d’une VIème République primo-ministérielle.
№ 4132 | 3,040 mots | 0 sources | 2007
Publié le mars 05, 2008 in Histoire , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’élection présidentielle de mai 2002 est l’occasion pour l’auteur de faire le bilan des incohérences, des faiblesses et des dangers de la Vème République.
Un candidat populiste atteignant des scores inattendus (18% pour JM Le Pen), un président de la République élu avec 82% des suffrages grâce aux votes de l’opposition, qui ne remet pas en cause sa légitimité… Autant de symptômes qui révèlent l’incompétence de la Vème République pour faire face à de telles situations.

Chapitre 1 : Des populismes en Europe
A/ La montée des populismes dans les démocraties du consensus
B/ Les réponses politiques et constitutionnelles

Chapitre 2 : Le cas Français
A/ Une décolonisation qui n’est pas passée
B/ La perversion médiatique
C/ Le « sondagisme », maladie infantile de la démocratie d’opinion

Chapitre 3 : La vraie Vème est bien morte
A / Mendès France ou l’éthique en politique
B/ D’autres voix critiques

Chapitre 4 : Le quinquennat virtuel
A/ L’arythmie électorale française
B/ Les effets attendus du quinquennat

Chapitre 5 : Vivement la VIe République
A/ La Vème République est morte
B/ Les vices du présidentialisme et de la cohabitation

Chapitre 6 : Contre le régime présidentiel américain
A/ Un régime inventé pour affaiblir le pouvoir
B/ La France doit se garder d’un régime aussi faible

Chapitre 7 : Pour une démocratie Primo-ministérielle
A/ Les avantages du régime primo-ministériel
B/ Lever le handicap international

Extrait du document:

Dans tous les pays européens, c’est le chef du gouvernement qui se déplace aux sommets du Conseil européen. Exception faite pour la France (et la Finlande) : le chef de l’Etat continue de s’y rendre, ce qui participe à l’incompréhension des autres pays, qui ne savent pas à qui il faut s’adresser, et qui doivent dédoubler toute visite à Paris ! Au niveau mondial, c’est le même problème : les deux têtes de l’exécutif se déplacent à l’ONU, le Président monopolisant la parole, et le Premier Ministre n’y ayant droit qu’à titre honorifique. Tous les avantages sont pour le Président, et cela en devient dangereux : il a le monopole du nucléaire et, en théorie, il peut décider seul de la destruction de la planète ! La politique étrangère exige concentration et rapidité de décision : il est nécessaire de la mettre dans les mains d’un gouvernement responsable, et pas d’un « César inconscient » !
Duhamel insiste sur l’adoption d’un régime à l’européenne, calqué sur le modèle du Portugal, de la Suède, de l’Espagne, de l’Allemagne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie, l’Italie, la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie. Le Royaume-Uni est hyper-majoritaire, et Duhamel craint que l’excès d’unicité ne pousse les populistes dans la rue, s’ils n’ont plus de place sur la scène politique. Le modèle qui prédomine en Europe est le bon : la France n’a plus qu’à s’en inspirer.


Commentaires