"Zadig ou la destinée" de Voltaire Fiche de lecture by LE PROFESSEUR

"Zadig ou la destinée" de Voltaire
Fiche de lecture portant sur la célèbre oeuvre de Voltaire, et à travers laquelle il émet de nombreuses critiques sur la société française de l'époque.
№ 9507 | 1,515 mots | 0 sources | 2008
Publié le déc. 24, 2008 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Voltaire, de son vrai nom François Marie Arouet, est né à paris le 21 novembre 1694 et mort à paris le 30 mai 1978. Il fut un grand philosophe, un écrivain et un moraliste qui a marqué son siècle et qui lutta contre l'intolérance et l'injustice jusqu'à sa mort. Ses livres critiquaient la monarchie, le roi, la société, l'Église d'une façon tellement indirecte, implicite que nul ne se doutait de ses critiques jusqu'en 1716 ou il fut exilé et 1717 ou il fut emprisonné ainsi qu'en 1726. Ensuite, il s'exila en Grande Bretagne, ou il continua son combat. Il défendit, donc, les "causes justes" durant toutes sa vie et cela jusqu'à sa mort.


1. Résumé bref de l'histoire

2. Une œuvre renfermant des critiques

3. Les vices humains

Extrait du document:

Nous allons tout d'abord commencer par la justice que Voltaire critique principalement dans le chapitre 3, intitulé "Le chien et Le cheval", ou Zadig se fait juger et doit payer une grosse amende pour avoir décrit précisément le cheval et le chien recherchés puis affirmer qu'il ne las avait jamais vu et avoir écrit des "phrases diffamatoires" sur le roi (juste le sens de la première partie de la lettre).
Voltaire, dans ce chapitre, représente la justice comme arbitraire (le roi décide de l'arrestation de Zadig). De plus les juges ne tiennent pas comptes de la défense de Zadig, ce qui nous prouve que la justice est corrompue et stricte.
Lors du jugement, Zadig argumente de façon remarquable sa défense avec des arguments fiables et digne de ce nom alors que les juges n'utilisent pas la raison ce qui engendre un contraste, une opposition dont voltaire se sert pour dénoncer l'injustice et l'inégalité.
Voltaire donne son image d'une justice juste, égale, tolérante, lorsque Zadig devient premier ministre et résolu plusieurs conflits avec un raisonnement sage, claire, logique, non arbitraire et donc juste.
Voltaire s'en prend aussi à l'Église dans le chapitre «les rendez vous» dans lequel il est condamné à mort par des prêtres pour avoir aboli une tradition barbare (les femmes veuves doivent se bruler pour rester fidèle à leur mari). Il critique, donc, le fanatisme religieux qui entraine l'intolérance et donc ne respecte pas les lois de Dieu qui sont pour la tolérance et la raison.
  • Commentaire d'un extrait du chapitre 12 de l'œuvre « Zadig ou la Destinée », de Voltaire se demandant en quoi le conflit fictif du début du texte permet à l'auteur d'exprimer ses idées sur la tolérance et la religion.
    № 20806 | 1,565 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé de littérature comparée portant sur la thématique du drame romantique et étudiant les scènes 1 et 2 de la 1ère journée de la pièce espagnole du Duc de Rivas, "Don Alvaro ou la Force du Destin".
    № 16346 | 1,400 mots | 0 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé d'un extrait du pamphlet "De l'Encyclopédie", rédigé par Voltaire en 1774 illustrant son penchant pour le rationalisme.
    № 13712 | 1,730 mots | 0 sources | 2010 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires