"L'enfer, c'est les autres" Sartre Khôlles

"L'enfer, c'est les autres" Sartre
Khôlle de philosophie sur la célèbre phrase de Jean-Paul Sartre "l'Enfer c'est les autres", prononcée dans la pièce "Huis Clos" cherchant à déterminer les raisons qui amènent une relation avec autrui à être infernale.
№ 16369 | 1,240 mots | 0 sources | 2010
Publié le mai 31, 2010 in Littérature , Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Phrase formulée par le personnage Garcin dans la pièce Huis Clos de Jean-Paul Sartre, représentée pour la première fois en 1944. J.P. Sartre est un écrivain et un philosophe existentialiste engagé du XXème siècle. Dans cette pièce, il met en scène trois personnages en enfer après leur mort : il n'y a pas de feu éternel ni de torture comme le spectateur/lecteur et les personnages même de la pièce en ont l'image, mais seulement trois personnages sont réunis pour l'éternité dans une pièce sans miroir. Ils sont éternellement exposés au regard de l'autre, enfermé dans ce regard seul, les souvenirs de la vie passée n'entrent plus dans le jugement car ils ne se connaissent pas. Mettre en perspective cette phrase revient à poser la question de la difficulté dans nos rapports avec autrui, en quoi ils peuvent être infernaux ou non. Autrui peut nous rendre heureux comme être une source de contrariété : qu'est-ce qui amène cette relation à être insupportable ? Nous verrons cela par les trois thèmes de la pièce : les rapports avec les autres, l'encroûtement, la liberté.

Extrait du document:

Sartre explique dans la préface de Huis Clos que c'est une mort qui symbolise que « beaucoup de gens sont encroûtés dans une série d'habitudes, de coutumes, qu'ils ont sur eux des jugements dont ils souffrent mais qu'ils ne cherchent même pas à changer. » C'est donc un cercle vicieux. On ne brise pas le « cadre de nos soucis » donc on ne change pas ce que les autres voient.

Commentaires