La beauté du geste Khôlles by Maikattak

La beauté du geste
Khôlle sur la beauté du geste au sens esthétique, qui trouve un renversement dans son acception morale, au sens du courage de la révolte.
№ 14891 | 2,515 mots | 0 sources | 2010
Publié le avr. 16, 2010 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'artiste peignant, fait un geste, celui de la technique. L'artiste peignant fait un geste métaphysique, parce qu'il crée non pas uniquement des touches de couleurs ou des mots, mais bien « un univers », qui lui-même est métaphysique en cela que l'œuvre, une fois créée, continue d'exister hors de l'influence de l'artiste. L'œuvre donne sa beauté au monde qui juge ou pas de la recevoir. Le geste se conçoit aussi souvent dans une forme de brièveté, et il est donc intéressant de s'interroger sur la brièveté du beau, ou sur les différentes manières de fixer le geste dans une sorte d'éternité, emprisonnant avec lui la beauté.

Extrait du document:

Le geste naît donc dans sa possibilité à travers le regard, et il apparaît donc comme une opération de l'esprit, qui est à la base de l'œuvre. Cela inaugure pleinement le retour du corps dans l'œuvre, et dans l'intention de l'œuvre. Il y a geste avant qu'il y ait œuvre, et si le beau est dans l'œuvre, il passera donc nécessairement par le geste de l'artiste.

Commentaires