La protection sociale engage-t-elle l'avenir des économies et des sociétés développées ? Khôlles

La protection sociale engage-t-elle l'avenir des économies et des sociétés développées ?
Khôlle qui analyse si la mutualisation des risques sociaux ne risque pas de porter préjudice à l'état, aux citoyens ou à la croissance du fait de l'augmentation constante des dépenses publiques dans ce domaine.
№ 11088 | 2,145 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 19, 2009 in Économie , Questions Sociales
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Selon la déclaration universelle des droits de l'Homme, «toute personne a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté».
Les systèmes de protection sociale relèvent de cette même logique d'assurance et de prévoyance, et ont pour but d'aider à faire face aux grands risques sociaux qui menacent notre existence ; c'est-à-dire qu'ils peuvent nous faire perdre une partie ou la totalité de nos revenus.
Cette mutualisation des risques sociaux ne risque-t-elle pas, dès lors, de porter préjudice à l'état, aux citoyens ou a la croissance du fait de l'augmentation constante des dépenses publiques dans ce domaine ?

Extrait du document:

L'accès à la protection sociale n'est pas lié à l'emploi dans ces pays, mais seul le service national de santé est véritablement universel (même accès pour tous). Dans le domaine des garanties de revenus (indemnités maladie, allocations chômage, retraites), les inactifs ou les personnes ayant un revenu trop modeste n'ont pas accès aux prestations de l'assurance nationale. Les assurances privées et par les régimes de protection complémentaire d'entreprise jouent donc un rôle important. Pour les personnes les plus pauvres, un ensemble de prestations sous condition de ressources est très développé. L'ensemble du système de protection sociale public est très majoritairement financé par l'impôt.

Commentaires