Le fatalisme Khôlles

Le fatalisme
Khôlle de philosophie sur les effets éventuels du fatalisme sur les actions de l'homme.
№ 11252 | 1,250 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 26, 2009 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le fatalisme éveille en nous l'idée de providence: son origine vient du latin « fatum » qui signifie « destin » ou encore « malheur ». Au sens commun, cela signifie toute doctrine supposant que les événements sont inéluctables et prévisibles, mais aussi la résignation face aux événements à venir. Sommes-nous soumis au destin ? Quelle liberté réelle est le nôtre ? Aujourd'hui quelle est la place de la providence ?

Extrait du document:

Le fatalisme est contesté comme une illusion et une responsabilisation de l'homme. Pour Epicure, le destin n'existe pas, c'est le hasard qui crée les situations dont l'homme en tant qu'être libre peut se tirer. Pour atteindre le bonheur, l'homme doit se libérer de la crainte des Dieux, de la mort. Et donc pour se libérer des opinions fausses, il faut se croire libre et penser que certaines choses sont en notre pouvoir (c'est préférer le destin à la fatalité). La fatalité des Physiciens ne laisserait place qu'à un terrible désespoir en verrouillant l'avenir. Et donc nous pouvons nous intéresser aux défenseurs du libre-arbitre. Descartes voit dans le « cogito ergo sum » le libre arbitre car l'homme est libre de douter. L'homme est donc fondamentalement libre et sous aucune entrave ou aucun déterminisme quel qu'il soit.

Commentaires