Audit des acteurs de l'Entretien Routier au Cameroun Mémoire ou thèse

Audit des acteurs de l'Entretien Routier au Cameroun
Mémoire portant sur le problème des audits des Bureaux et Cabinets d'études qui contrôlent les travaux effectués par les entreprises, plus exactement avec les acteurs des entretiens routiers au Cameroun.
№ 18355 | 5,560 mots | 0 sources | 2009
Publié le juil. 29, 2010 in Ingénierie , Sciences de l'Environnement
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce stage a pour but de permettre à chacun d'entre nous (Enseignant) de mieux appréhender le monde des entreprises pour pouvoir mieux enseigner les cours pratiques aux élèves puisqu'ils sont appelés à travailler dans des chantiers. Entre 2003 et 2005, le Gouvernement de la République du Cameroun a mis en place un nouveau cadre politique et stratégique et nombre de lois et décrets ont été promulgués. Cette stratégie de transports s'est traduite par la création du Conseil National de la Route, la création d'un guichet d'Investissement au sein du Fonds Routier, la mise en place du cadre législatif pour la sécurisation des ressources destinées au Fonds Routier, l'élaboration d'un document de stratégie sectorielle du secteur des Bâtiments et des Travaux Publics au niveau du MINTP et la restructuration de celui-ci. Le Gouvernement de la République du Cameroun a préparé entre 2003 et 2005 un Plan Directeur Routier. Celui-ci a pour but de définir un programme flexible fixant les priorités des interventions et des investissements durant une période de 20 ans. Ce plan consiste à définir les actions du programme routier.

Chapitre I : Identification du problème
Chapitre II : Résolution du problème

Extrait du document:

Ce contrôle consistera à vérifier que l'entreprise exécute tous les travaux spécifiés dans le CCTP travaux et plus généralement dans le DAO conformément aux clauses de protection de l'environnement des directives ministérielles en vigueur. En cas de refus de l'entreprise de se conformer aux clauses et directives environnementales en vigueur, le bureau de contrôle sera tenu d'en informer l'Administration dans un délai de 8 jours sous peine d'être passible des pénalités prévues à l'article 19 du C.C.A.P.

Commentaires