Cabinets Big 4 français Mémoire ou thèse

Cabinets Big 4 français
Mémoire portant sur une analyse des enjeux de la place de l'éthique dans les cabinets Big 4 français.
№ 26186 | 30,820 mots | 171 sources | 2011
Publié le sept. 09, 2011 in Commerce , Philosophie , Management , Gestion
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans un contexte de crise de confiance, les cabinets Big 4, de part leur position de leaders et de modèles, se doivent de répondre aux attentes fortes des acteurs du marché et de l'opinion publique en matière d'éthique. Nous notons ici que le terme Big 4 regroupe les quatre plus gros cabinets d'audit français, à savoir PwC, E&Y, KPMG et Deloitte. Pour ces cabinets, cet appel à l'éthique ne trouvera sa crédibilité que si celle-ci est déclinée tant au niveau de l'entreprise qu'au niveau des comportements individuels de ses membres. Les quatre plus grands cabinets mondiaux semblent avoir saisi ces attentes et cela peut facilement s'expliquer au regard de la taille des enjeux en termes d'image, de réputation ou de risque de dégradation des relations avec les différentes parties prenantes.

1. Cadre théorique
2. Cadre empirique

Extrait du document:

Le concept d'audit peut être définit comme l' « expertise d'un organisme extérieur et un jugement sur une procédure, une organisation, une opération, la qualité de l'information, notamment comptable » (Lexique de comptabilité, 1990). La norme ISO 8402 (1994) ajoute à cette expertise la notion d'indépendance et l'utilisation de procédures et de référentiels des contrôles, définissant l'audit comme « un examen méthodique et indépendant, en vue de déterminer si les activités et les résultats relatifs à la qualité satisfont aux dispositions pré-établies et si ces dispositions sont mises en œuvre de façon effective et sont aptes à atteindre les objectifs. ». Depuis le début des années 1990, on assiste à une prolifération du terme d' « audit » et de ses définitions dans la littérature, rendant parfois même un peu floue la définition du concept.

Commentaires