L'accompagnement d'un enfant carencé Mémoire ou thèse

L'accompagnement d'un enfant carencé
Mémoire se demandant comment l'éducateur spécialisé peut accompagner un enfant carencé, en faisant naître chez lui un sentiment de plaisir et de sécurité.
№ 30699 | 20,230 mots | 10 sources | 2012 | FR
Publié le mai 30, 2014 in Sciences de l'Education , Psychologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ayant effectué mon stage dans un hôpital de jour pour enfants, sur une durée d'un an, je me suis alors intéressée aux notions d'abandon et de carences multiples précoces et à la façon de prendre en charge ces pathologies dans ce lieu. Dans un premier temps, j'ai été véritablement surprise par le nombre de pathologies dues à un manque d'étayage familial, à savoir, des troubles présents liés, soient à des carences affectives, soient à des carences éducatives. Dans un deuxième temps, l'amalgame entre les différentes notions psychopathologiques m'a également interrogée, les professionnels ne faisant pas toujours une différenciation entre abandon et carence. Or, ces deux événements sont à distinguer et un diagnostic clair est nécessaire. Je pense qu'il est important de connaître les troubles dans leur complexité et de savoir reconnaître les manifestations de ces troubles chez l'enfant en souffrance afin d'en dégager les enjeux et nous permettre ainsi de le soutenir au mieux.
Nous ne pouvons soigner ou accompagner que ce que nous connaissons bien. Il me parait alors primordial que le professionnel, étant confronté à ces problématiques du lien, sache identifier la pathologie, se repérer face à celle-ci et trouver des réponses adaptées.

Partie 1 : Tour d'horizon
Partie 2 : De la théorie à la pratique : le projet
Partie 3 : Évaluation du projet

Extrait du document:

Dans quel endroit ? Le choix de l'espace est également important pour assurer le sentiment de sécurité et permettre à l'enfant d'être acteur de son projet. De ce fait, c'est avec Sarah que j'ai choisi l'endroit où l'atelier pouvait se faire parmi des propositions vues en équipe. Finalement nous avons au cours de l'année changé de lieu, le premier apparaissant pour Sarah trop anxiogène. Elle a pu me dire que c'était trop petit et pas assez lumineux pour elle et nous avons donc choisi une pièce plus grande, avec de la luminosité, que je lui avais d'ailleurs proposé au départ mais qu'elle avait refusé.

Commentaires