L'échec des plans allemand et français en 1914 Mémoire ou thèse by LG

L'échec des plans allemand et français en 1914
Exposé d'histoire portant sur le plan allemand Schieffen et le plan français XVII appliqués pendant la Guerre de 14-18, qui étaient tout deux jugés infaillibles et se sont néanmoins soldés par un échec.
№ 3252 | 6,450 mots | 2 sources | 2008
Publié le févr. 07, 2008 in Histoire , Relations Internationales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans tout échec, des coupables doivent être désignés : quels sont-ils ? Peut-on porter tout le poids de la défaite sur un facteur qu'il soit d'ordre stratégique, ou bien encore humain ?
Pour répondre à ces questions, l'exposé propose de suivre une démarche chronologique nous permettant dans un premier temps de saisir la pensée initiale des stratèges dans l'élaboration des deux plans. Puis, la mise en application de ces plans sur le terrain et leur échec respectif. Enfin, en nous appuyant sur différentes réflexions, nous tenterons de comprendre la ou les raisons expliquant l'échec du plan Schlieffen et du plan XVII en 1914.


I. La genèse des plans

1) L'élaboration du plan Schlieffen
2) Le plan XVII : l'aboutissement d'une longue réflexion

II. Mise en pratique et échecs

1) L'échec du plan XVII
2) L'échec du plan Schlieffen

III. Raisons et échecs

1) Les faiblesses du plan français
2) Les faiblesses du plan allemand

Extrait du document:

Pourtant, dès la fin du mois d'août pour les Français, et au milieu du mois de Septembre pour les Allemands, les état-majors des deux armées admettent l'échec de leur stratégie et se voient dans l'obligation d'élaborer un nouveau plan au plus vite. Un plan suppose toujours sa possible mise en application qui en est la continuité logique. Pourtant, ces deux échecs semblent souligner l'écart existant entre la théorie et la mise en pratique, écart qu'il nous faudra d'ailleurs mesurer. Certains penseurs stratégiques ont pointé du doigt des lacunes propre aux deux plans donnant toute la responsabilité de l'échec aux stratèges. D’autres, en revanche, ont critiqué la mauvaise application des plans soulignant alors la culpabilité des états-majors qui n'ont pas respecté certains principes fondamentaux.
L'élaboration du plan Schlieffen. A la fin du 19ème siècle, les généraux prussiens ont conservé le mythe de la guerre napoléonienne d'anéantissement par une action rapide et définitive. Sedan et Sadowa sont toujours les modèles de l'état major. L'important, dans le plan de guerre, est l'organisation de la concentration des troupes sur le terrain, qui seule permet de frapper vite et fort. L'essentiel du plan prussien tient ainsi dans l'efficacité des premiers jours de mobilisation, et dans l'heureuse disposition des corps d'armée.

Commentaires