La fertilisation artificielle des océans Mémoire ou thèse

La fertilisation artificielle des océans
Mémoire se demandant en quoi la fertilisation artificielle des océans est une solution adaptée à la lutte contre le changement climatique.
№ 17277 | 5,285 mots | 19 sources | 2010
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La géoingenierie a deux volets : la CDR (Carbon Dioxide Removal) et la SRM (Solar Radiation Management). La fertilisation des océans relève du CDR. L'idée consiste à amplifier le phénomène naturel de pompage biologique de CO2 par le phytoplancton à la surface des océans.
Au milieu des années 90, cette solution apparaît très prometteuse, tant scientifiquement qu'économiquement. Plusieurs revues scientifiques, notamment Politics of Geoingeneering, précisent cependant que les effets du CDR ne sont pas mesurables sur le long terme et donc difficilement prévisibles (contrairement au SRM), ce qui soulève de nombreuses interrogations sur sa réelle efficience.

I. Une méthode de géoingenierie : de l'hypothèse à l'expérimentation
II. Une entreprise commerciale
III. Les régulations autour de la FAO

Extrait du document:

Chez les scientifiques, les positions ne sont pas tranchées. Si la plupart des scientifiques s'accordent à dire qu'il n'y a pas de remède miracle au changement climatique, certains soutiennent que la fertilisation des océans pourrait atténuer le phénomène. Cependant, l'état des connaissances ne nous permet certainement pas de conclure que la manipulation serait bénigne pour l'écosystème.

Commentaires