La France possède-t-elle une bonne spécialisation internationale ? Mémoire ou thèse

La France possède-t-elle une bonne spécialisation internationale ?
Mémoire d'économie sur la spécialisation du marché français et sa position concurrentielle par rapport au commerce international.
№ 9869 | 13,800 mots | 10 sources | 2009
Publié le janv. 25, 2009 in Commerce , Économie , Relations Internationales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La spécialisation internationale consiste pour un pays à renoncer à certaines productions et à en privilégier d'autres de manière à se construire un avantage comparatif durable. Il existe plusieurs critères pour déterminer si une spécialisation est bonne ou non. Parmi les plus répandus, on retient les effets sur la croissance. Effectivement, la spécialisation doit apporter un gain en bien-être pour le pays (ex : un accroissement des revenus), ainsi qu'une indépendance économique et technologique. Afin de déterminer si la France possède ou non une bonne spécialisation internationale, il s'agit d'observer les caractéristiques de celle-ci, puis d'analyser les forces et les faiblesses de cette spécialisation. Enfin, qu'estce qui pourrait améliorer la situation de la France au sein de ses échanges ?

I] Les caractéristiques de la spécialisation internationale de la France
1.1 Etude de la balance des biens et services
1.2 Les partenaires commerciaux de la France

II] Les forces et faiblesses de cette spécialisation
2.1 L'industrie pharmaceutique
2.2 L'industrie automobile
2.3 L'aéronautique
2.4 Le secteur du luxe
2.5 L'énergie
2.6 Le secteur agroalimentaire
2.7 Les services

III] Les recommandations à suivre à moyen et long terme
3.1 Les segments offrant les plus fort taux de croissance
3.2 Les marchés offrant les plus fort taux de croissance
3.3 Les autres recommandations

Extrait du document:

L'énergie présente un déficit aussi élevé que celui des biens intermédiaires, soit le plus élevé de la balance. En parallèle, le taux de couverture de l'énergie est le plus faible (40%), ce qui témoigne d'une grande dépendance des importations dans ce domaine. Bien que la France soit excédentaire dans la sous branche que forment l'eau, le gaz et l'électricité, elle est très largement déficitaire dans la production de combustibles et de carburants. Ainsi, on comprend facilement que la flambée des prix du pétrole soit très dommageable pour la balance de l'énergie. Cependant, en 2007, les importations ont diminué plus rapidement que les exportations, ce qui se traduit par une amélioration de la balance énergétique.

Commentaires