La régulation des droits TV sportifs et le bien-être des consommateurs Mémoire ou thèse by vinceeuro

La régulation des droits TV sportifs et le bien-être des consommateurs
Mémoire qui consiste à identifier la satisfaction des téléspectateurs à travers les stratégies et axes de développement adoptés par la firme Canal Plus sur le marché sportif de l’audiovisuel au début des années 2000.
№ 1888 | 37,400 mots | 53 sources | 2001
Publié le nov. 25, 2007 in Communication , Économie , Droit , Sport
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En un peu plus d'une vingtaine d'années, la télévision a connu en France une véritable révolution. Avant 1974, un organisme public en situation de monopole gérait trois chaînes de télévision hertziennes. Aujourd'hui, des dizaines de chaînes payantes et de services nouveaux sont proposés sur les réseaux câblés et par satellite.


I. Problématique, hypothèses et méthode
II. Présentation générale du sport à la télévision
III. Présentation du marché de l’audiovisuel lors de la création de Canal Plus
IV. Eléments de régulation et droit de la concurrence
V. Présentation générale des caractéristiques du marché sur les retransmissions sportives
VI . Analyse de la notion d’avantage concurrentiel
VII. Positionnement et initiatives stratégiques
VIII. Le marché sportif et le consommateur

Extrait du document:

La télévision fut d’abord (en France jusqu’en 1968, en Italie jusqu’à 1957) financée par la redevance, taxe parafiscale assise sur le parc de récepteurs. Puis la publicité, paiement indirect par le téléspectateur-consommateur, a pris de plus en plus d’importance jusqu’à représenter plus de la moitié des recettes globales de la télévision. Depuis le milieu des années 80, c’est le péage qui se développe avec l’abonnement à des chaînes cryptées soit hertziennes (Canal Plus en France, TV Più en Italie) soit par satellites ou réseaux câblés. Ce mode de financement va croître dans les années à venir, sur le modèle nord-américain qui fait payer les émissions à la consommation (« pay per view » ). Depuis la seconde moitié de la décennie 90, les coûts d’acquisition des droits de retransmission sportifs ont subi une explosion généralisée, provoquée par les chaînes payantes constamment à la recherche de produits d’appel de premier plan. La concurrence entre chaînes a été exploitée par les titulaires de droits, relayés par les sociétés de négoce et les spécialistes du marketing sportif. Toute l’économie des droits sportifs (droits de diffusion TV et Internet, droits marketing) connaît à présent une spirale inflationniste dans un climat spéculatif. Dès lors, la question de la rentabilisation des investissements des diffuseurs dans les droits de retransmission prend toute son acuité, surtout dans un contexte de ralentissement de la croissance des investissements publicitaires.

Commentaires