Le cas du bassin versant du Suran Mémoire ou thèse

Le cas du bassin versant du Suran
Mémoire se demandant comment le bassin versant du Suran se retrouve au cœur d'une confrontation entre protection du milieu et développement des sociétés et quelles ont donc été les conséquences des aménagements qui y ont été effectués.
№ 18730 | 13,590 mots | 15 sources | 2010
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans notre dossier, nous nous pencherons sur le cas du bassin versant du Suran, que nous avons eu l'occasion de découvrir lors d'un stage. Le Suran est une petite rivière prenant sa source à Loisia, localité du sud ouest du département du jura, à 390 mètres d'altitude. Elle a un linéaire de cours d'eau de 130 kilomètres dont environ 80 kilomètres de linéaire principal et ce sur une pente moyenne de seulement 3‰. A l'issue de son parcours de 77 kilomètres vers le sud, le Suran se jette dans la rivière de l'Ain à la hauteur de la commune de Varambon dans l'Ain à 245 mètres d'altitude. Ainsi, la rivière du Suran se définit par sa faible pente et ses nombreux méandres caractéristiques des rivières de plaine.

I. Le Suran, un bassin versant karstique au fonctionnement spécifique
II. Utilisation et aménagement du bassin versant par les sociétés locales : vers une perturbation du milieu
III. Politiques environnementalistes, un jeu d'échelle

Extrait du document:

Ces roches sont toutes des roches sédimentaires : elles résultent donc de l'accumulation et du compactage de débris d'origine minérale, organique ou encore de précipitation chimique. C'est donc la dégradation d'autres roches ou de restes de végétaux ou d'animaux qui permet leur création. Elles sont exogènes c'est-à-dire qu'elles se forment à la surface de la croûte terrestre.

Commentaires