Le féminisme en Tunisie Mémoire ou thèse

Le féminisme en Tunisie
Mémoire s'interrogeant sur la place des femmes et du féminisme en Tunisie, souvent qualifié d'exception dans cette région du monde. (PDF)
№ 31130 | 7,330 mots | 18 sources | 2013 | EG
Publié le nov. 26, 2014 in Géographie , Histoire , Religion , Questions Sociales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les femmes étaient déjà au premier rang de la révolution à côté de leurs concitoyens, recherchant avec courage et persévérance au moins autant qu'eux la démocratie, la fin de la répression d'un gouvernement dictatorial, ainsi que la garantie des libertés civiques et individuelles. Aujourd'hui, alors que la démocratie n'en est qu'à ses balbutiements en Tunisie, ces femmes s'improvisent actrices et gardiennes de leur statut privilégié et envié dans le monde arabe. Organisations féministes et partis laïcs tiennent tête à ce qui pourrait ramener la Tunisie cinquante ans en arrière : la radicalisation croissante de l'islam, attisée par le parti Ennahda au pouvoir et influencée par des acteurs extérieurs (prédicateurs et cheikhs saoudiens ou encore égyptiens).

I. Féminisme d'État en Tunisie, une page qui se tourne ?
II. La Tunisie post révolutionnaire opère-t-elle un retour en arrière ?
III. Les féministes et la revendication d'une Tunisie laïque et démocratique

Extrait du document:

Le 13 août 1956, le Code du Statut Personnel est promulgué par le chef du gouvernement provisoire de la Tunisie indépendante, Habib Bourguiba. Pour la première fois, un pays arabe abandonne le droit musulman, la shari'a, comme source de la loi. Le statut légal de la femme évolue et se modernise. Les femmes sont désormais libres de travailler, d'ouvrir des comptes bancaires, de recevoir un salaire, d'être propriétaire et de créer des entreprises sans l'autorisation de leurs maris. La condition de l'épouse s'en retrouve protégée: la polygamie est abolit, les femmes peuvent demander le divorce, le consentement des deux époux est indispensable au mariage, et l'âge légal du mariage recule jusqu'à 17 ans pour les femmes.

Commentaires