Le libéralisme et la question des moeurs chez Tocqueville Mémoire ou thèse

Le libéralisme et la question des moeurs chez Tocqueville
Mémoire portant sur la philosophique politique d'Alexis de Tocqueville et plus particulièrement sur les questions de l'individualisme et du rapport entre la liberté politique et les moeurs. (pdf)
№ 31345 | 42,300 mots | 41 sources | 2015 | FR
Publié le avr. 30, 2015 in Philosophie , Sciences Politiques , Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Comment préserver la démocratie et la liberté politique dans une société où progresse l'individualisme et où chacun tend à se désintéresser de la chose publique ? Peut-on préserver la liberté si les individus d'une même société ne sont plus liés par des moeurs, des valeurs, des croyances communes ? Un lien social basé uniquement sur une communauté d'échanges économiques est-il à même de garantir que les citoyens d'une démocratie continuent d'exercer leur pouvoir politique ? C'est à ces questions que l'oeuvre de Tocqueville tente de répondre. Ce mémoire rend compte de ses réflexions à partir essentiellement de De la démocratie en Amérique, de l'Ancien régime et la révolution et de sa correspondance. Il s'agit d'expliciter les thèses de Tocqueville en le confrontant notamment avec des penseurs conservateurs comme Edmund Burke ou des penseurs partisans d'un libéralisme économique se souciant peu de la liberté politique.

1. Chapitre 1 : une sociologie à visée politique
2. Chapitre 2 : actions politiques des moeurs
3. Chapitre 3 : communauté et pluralisme

Extrait du document:

Il semble en effet que les divergences de Tocqueville et de Burke sur la
nature de l'action politique trouvent une explication dans la manière dont ils
considèrent la Révolution. Ainsi, Burke observe la Révolution depuis l'Angleterre et
la société à laquelle il pense en la critiquant est la société anglaise. Burke a comme
souci premier de protéger les libertés anglaises contre les fausses libertés françaises.
Le reproche que l'on peut lui faire et dont il a en partie conscience, est que la société
anglaise n'est pas la société française d'ancien régime. Les Français n'ont pas de
liberté à sauvegarder contrairement aux Anglais47. En effet, dans l'Ancien régime et
la révolution, Tocqueville montre que la centralisation du pouvoir avait déjà eu lieu
avant la révolution et que privées de la liberté politique, le peuple était déjà asservi48.
  • Dissertation se demandant pourquoi dans un état social démocratique, la mobilité sociale est possible selon Tocqueville.
    № 28503 | 1,075 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de la page 130 à 131, chapitre VI de l'ouvrage « L'Ancien régime et révolution » d'Alexis de Tocqueville visant à savoir pourquoi la centralisation administrative n'est pas une conquête de la Révolution.
    № 21484 | 1,870 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation d'histoire de droit public visant à déterminer si le libéralisme a réellement conduit à l'avènement d'une société non absolutiste.
    № 16030 | 1,365 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires