Le psychologue en service oncologie : un accompagnant Mémoire ou thèse by Luce111

Le psychologue en service oncologie : un accompagnant
Mémoire portant sur un stage en hôpital présentant sept mois de rencontres avec des hommes en souffrance, auprès de ceux que l'on peut qualifier de «patients cancéreux» pour lesquels le spectre de la mort rôde.
№ 8070 | 12,005 mots | 34 sources | 2002
Publié le sept. 22, 2008 in Médecine et Santé , Psychologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce mémoire présente le service d'oncologie médicale du CHU de la Timone, en mettant l'accent sur le travail clinique auprès de patients en fin de vie. Il s'agit d'une pratique qui est tout à la fois celle du psychologue clinicien et différente de ce qu'on se figure être sa pratique. Il ne s'agit pas de donner la recette du travail psychologique des personnes en fin de vie mais de partager avec eux l'expérience de l'accompagnement des «mourants».

I. Présentation du service

II. L'équipe de psycho-oncologie

1) Présentation des acteurs du bureau de psycho-oncologie
2) Inscription de la psychologie dans le service
3) Fonctions dans le sous-groupe de psycho-oncologie
4) Espace transitionnel et objet intermédiaire
5) Libidinalisation

III. Pratique clinique

1) Le lieu de la pratique
2) Quand le psychologue intervient-il ?
3) Premières difficultés de stagiaire psychologue
4) Accompagner
5) Accompagner les vivants jusqu'à la mort

IV. Conclusion

V. Annexe : étude de cas de M.L

Extrait du document:

Le service d'oncologie médicale du CHU de la Timone est situé au premier étage d'un bâtiment annexe au bâtiment principal de l'hôpital de la Timone. L'oncologie médicale est une spécialité médicale pour l'accueil et le traitement des patients atteints de tumeurs malignes, cancéreuses. Le service propose actuellement :
deux unités de soin en hospitalisation classique (une trentaine de lits chacune), une unité de soin en hospitalisation de jour, une possibilité de consultation en externe.
Comme il est dans un CHU, ce jeune service âgé d'une dizaine d'années est engagé dans une démarche de recherche, et notamment d'adaptation des traitements chimiothérapiques à la singularité du patient. C'est en partie grâce à cette démarche d'adaptation à la singularité du patient, que l'ensemble du service fait preuve d'une telle ouverture envers la chose psychique. Etre au plus près d'un patient, singulier et complexe...
(...) Le psychologue et la psychologie sont même à ce point intégrés dans la vie du service d'oncologie médicale, qu'il faut parfois rappeler aux médecins qu'on ne «prescrit» pas du psychologue.
Habituellement, les médecins et les soignants qui rencontrent les patients en premier lieu, informent les psychologues de l'équipe de psycho-oncologie de l'état psychique préoccupant de tel ou tel patient. Le psychologue est alors libre de rencontrer ou non le patient, en fonction de son ressenti à propos de ce qu'en dit un médecin ou un membre de l'équipe soignante (infirmières, aides-soignantes…). Bien sûr, le psychologue peut se présenter auprès d'un patient quand il le voit lors de la visite et qu'il lui semble qu'il peut lui proposer un travail psychologique...

Commentaires