Les Frères musulmans en Egypte de 1928 à nos jours Mémoire ou thèse

Les Frères musulmans en Egypte de 1928 à nos jours
Mémoire traitant des objectifs et stratégies du mouvement islamiste des Frères musulmans en Egypte.
№ 10687 | 20,350 mots | 15 sources | 2008
Publié le avr. 16, 2009 in Géographie , Histoire , Sciences Politiques , Religion
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La prégnance ‎géopolitique de l'Egypte dans le monde arabe en tant que « nation du milieu » s'impose tant ‎au niveau de l'essor des idées que des actes politiques et historiques. Par ailleurs, les Frères ‎musulmans font partie intégrante de l'histoire contemporaine égyptienne et de ce que l'on ‎regroupe sous le vocable « islamisme ».‎ Ainsi, comprendre la pensée et l'action des Frères musulmans d'Egypte relève d'une importance ‎capitale pour cerner le phénomène contemporain de l'islam politique. Cela pourrait enrichir le débat académique sur des questions récurrentes telles que la ‎démocratie ou la laïcité au Moyen-Orient puisqu'on verra, entre autres, les relations ‎qu'entretient la confrérie avec ces concepts.

I/ Cadre théorique et définition
1) L'utopie
2) L'islam politique : définition et pensée

II/ Phase de maturation : histoire de la pensée politique basée sur une certaine base théologique islamique

III/ Phase de socialisation
1) Les frères musulmans
2) Comprendre et expliciter la pensée d'Al-Banna
3) Sayyid Qutb
4) Les méthodes

IV/ Vers une phase d'actualisation?
1) Moubarak : entre tolérance et répression
2) Interprétation

Extrait du document:

Bien que les grandes lignes directrices des stratégies et objectifs des Frères musulmans ‎semblent tracées dès le départ par al-Banna, le contexte et le cadre étatique ne sont pas sans ‎conséquence sur leurs modalités. Certains analystes doutent de la sincérité de l'adhésion des ‎Frères à la démocratie à l'alternance et au pluralisme. Ceux-là doutent que la référence ‎islamique soit intrinsèquement compatible avec la démocratie. Dans cet optique, Jean Noel ‎Ferrié avance la thèse que la modération est une conséquence de l'autoritarisme : celui-ci ‎lorsqu'il se renforce entre dans une phase de libéralisation politique sous contrôle, le ‎jugement de l'opinion peut se faire sans toutefois se transformer en sanction électorale. Les ‎opposants ne sont plus alors des ennemis et peuvent se situer à l'intérieur du cadre normal de ‎la vie politique.‎ ‎ La défense explicite des libertés individuelles par les Frères à partir de la ‎libéralisation du régime de 1980 semble avaliser cette vision.

Commentaires