No logo : le combat des associations antipub Mémoire ou thèse by Tiphe

No logo : le combat des associations antipub
Mémoire portant sur la justification de cette impulsion anti publicitaire, luttant contre le matraquage publicitaire et revendiquant le libre choix d'accès à la publicité.
№ 10617 | 4,455 mots | 11 sources | 2009
Publié le mars 31, 2009 in Publicité , Communication , Économie , Sociologie , Consommation
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans un monde en crise, les stimulants de la consommation tel que la publicité, redoublent d'effort pour toucher ses consommateurs cibles. Mais, quelle est l'influence, de ces publicités de plus en plus présente, sur la population ? Vous êtes vous déjà sentis agressés ou choqués par la publicité ?

I. Les origines de la révolte antipub
1) Historique du mouvement
2) Qui sont-ils et quelles sont leurs revendications ?
3) Causes
4) Les difficultés du mouvement

II. Les actions du mouvement publiphobe : Comment se font-ils entendre ? Et jusqu'où sont-ils capables d'aller ?
1) Caractéristiques du mouvement
2) Les actions constructives
3) Les actions coup de poing
4) Les limites de leurs actions

III. Une actualité et des évènements apaisants pour le mouvement
1) L'action de l'état avec la suppression de la publicité sur les chaines publiques
2) Le rôle des annonceurs et des publicitaires

Extrait du document:

Le 1er Mars 2009, "Le Parisien" nous rapporte le placement en garde a vue de 6 membres du collectif des «déboulonneurs» arrêté pour avoir «barbouillé» trois panneaux publicitaires dans le IXe arrondissement de Paris.
Acquis de conscience ou prise de position vis-à-vis d'un quotidien oppressant, le mouvement antipub se développe en France, depuis les années 80-90. Mais, c'est en 1968, avec l'arrivée de la publicité à la télévision, que ce mouvement naît, s'inscrivant dans une logique de réaction...
(...) En 1977, le «Billboard Liberation Front» est crée sous forme d'association visant à détourner les publicités de l'époque.
En France, Yvan Gradis crée le magazine «Publiphobe», en 1990, et s'inscrit comme précurseur du mouvement en créant différentes associations (par ex : RAP – Résistance à l'Agression Publicitaire – en 1992,), ou magazines (ex : «Casseurs de Pub» en collaboration avec Vincent Cheynet en 1999), en s'entourant d'intellectuels, de politiques et de personnalités influentes.
Plus récemment, en 2005, la naissance du «Collectif des déboulonneurs» marqua un nouveau virage dans l'actionnariat du mouvement antipub. Prônant la désobéissance civile non-violente comme mode d'action, les acteurs de ce projet ont eu plusieurs fois à faire à la justice, pour des actions délibérées dans le but de faire connaître leur cause.

Commentaires