Stendhal et l'architecture dans "Les Mémoires d'un touriste" Mémoire ou thèse by phinette

Stendhal et l'architecture dans "Les Mémoires d'un touriste"
Mini-mémoire basé sur l'étude de l'architecture dans "Les Mémoires d'un touriste" de Stendhal et se demandant si l'auteur propose vraiment des opinions sur cet art qu'il apprécie peu.
№ 30236 | 3,810 mots | 4 sources | 2013 | FR
Publié le nov. 20, 2013 in Architecture , Littérature , Arts
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Stendhal, qui paraissait être un écrivain peu attiré par l'architecture, s'est forgé une véritable opinion critique autour de certains monuments de France, et plus particulièrement sur le gothique et l'imitation de l'antique, avec lesquels il est exigeant. Il refuse le pittoresque dans Les Mémoires d'un touriste, et profite du prétexte de voyage pour donner au lecteur des leçons sur l'architecture. En matière d'architecture Stendhal semble-t-il « ne croit ni au passé pittoresque, ni à l'avenir futuriste ». Mais l'écrivain préfère sans conteste l'architecture italienne à celle française. Les monuments français dont il fait l'éloge sont toujours ceux dont l'âme ressemble aux beautés italiennes. Dans son récit de voyages Rome, Naples, Florence, il parle avec enthousiasme de plusieurs architectes d'Italie, il admire notamment les rénovateurs de Milan et de Rome, villes dont les monuments sont pour lui des modèles d'architecture.

1. Les critiques de Stendhal sur les monuments qu'il visite, ainsi que les leçons qu'il donne au lecteur
2. Sa vision idéale de l'architecture

Extrait du document:

Stendhal aborde une démarche très critique vis-à-vis des monuments français qu'il décrit dans Les Mémoires d'un touriste. Il donne parfois des leçons au lecteur, mais sa première mission reste d'abord de faire voir ce qu'il visite : « le lecteur se lasse peut-être de tant de détails. Je nomme ces monuments pour qu'il les voie en passant ». La dimension visuelle de l'architecture reste dominante, mais Stendhal l'utilise aussi pour la contourner : « Sans doute les Mémoires d'un touriste n'ignoreront-elles pas le pittoresque, mais pour en jouer. Celui des guides d'abord, qui présente les monuments « à voir », qui joue sur la différence de l'exceptionnel, assortit la description, volontiers technique, de savantes et pédagogiques notices esthétiques ou historiques ».

Commentaires