Traduire : entre la préservation de l'Étranger et adaptation (sur l'exemple des traductions françaises du roman de Mikhaïl Boulgakov Le Maître et Marguerite) Mémoire ou thèse

Traduire : entre la préservation de l'Étranger et adaptation (sur l'exemple des traductions françaises du roman de Mikhaïl Boulgakov Le Maître et Marguerite)
Mémoire se demandant comment la culture occidentale concevait et conçoit la traduction étant donné que celle-ci se trouve au cœur des rapports d'altérité.
№ 30158 | 46,920 mots | 111 sources | 2013 | FR
Publié le oct. 22, 2013 in Histoire , Linguistique , Littérature Etrangère
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Une œuvre traduite a ses caractéristiques propres, qui découlent de son statut initial : c'est une œuvre « seconde » en ce sens qu'elle résulte d'une autre (l'original). Elle présente des difficultés de lecture particulières parce qu'elle implique une lecture préalable, celle du traducteur, et renvoie à une subjectivité qui peut infléchir, voire occulter le propos premier, celui de l'auteur. De plus, elle peut sans doute être modifiée, parce qu'elle est elle-même le résultat d'une série de modifications, comprise comme le travail sur un texte en s'interrogeant sur le choix d'un terme, d'une construction grammaticale ou d'une formulation. « Le comparatiste tient la traduction pour une opération sur une langue étrangère, mais aussi sur la pensée de l'Autre, son esthétique et sa culture : perspectives tout autant anthropologiques que linguistiques ou littéraires. »

Chapitre I : comment les différentes cultures, avec leurs connaissances et leurs conceptions du monde, appréhendent l'Autre à travers leurs propres modes de traduction ?
Chapitre II : comment la traduction envisage de traduire la culture ?

Extrait du document:

Plusieurs épisodes de l'histoire ont fortement influencé le développement de la traduction et la vision de ses méthodes, notamment la découverte de l'imprimerie ou la prise de Constantinople par les Turcs en 1453, qui a provoqué un exode de manuscrits, d'enseignants et de traductions grecs, avec une influence non négligeable sur la Renaissance européenne. De même, de grandes traductions ont enrichi le développement des cultures européennes, en témoigne le fait que la plupart des textes fondateurs de l'Europe sont des textes traduits, comme par exemple le Nouveau Testament. «

Commentaires