La coopérative agricole Rapport de Stage

La coopérative agricole
Rapport de stage d'expertise comptable portant sur les traitements et l'analyse des produits structurés et dérivés par les coopératives agricoles céréalières.
№ 30110 | 4,500 mots | 3 sources | 2013 | FR
Publié le oct. 07, 2013 in Comptabilité , Sciences de l'Environnement , Finances
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le secteur coopératif agricole en France connaît de profondes mutations depuis 2005. Afin de répondre au mieux à leur objectif premier qui reste de servir les intérêts de ses adhérents, les coopératives agricoles céréalières doivent composer avec l'évolution des marchés des matières premières. Compte tenu de la forte volatilité des cours observée en 2007 et depuis 2010 sur les marchés des matières premières, et étant donné le caractère probablement pérenne de cette volatilité, les coopératives agricoles ont dû renouveler leur appréhension de la gestion des risques de marché. Ainsi nombre d'entre elles ont dorénavant recours à des instruments financiers plus ou moins complexes, afin de décorréler les processus d'achat et de vente physiques des mécanismes de fixation des prix. Cette pratique a des conséquences en termes de traduction comptable des opérations dans l'information financière. Nous observons pour le moment un décalage entre les points abordés par la doctrine existante sur le sujet en normes françaises et les pratiques effectives mises en place dans les coopératives agricoles.

Première partie : Spécificités de la coopérative agricole et champ d'intervention sur les marchés financiers
Seconde partie : Une pratique opérationnelle en avance sur la doctrine, le rôle de l'expert-comptable

Extrait du document:

De plus, l'article 38.6-1° du Code Général des Impôts prévoit que le « profit ou la perte résultant de l'exécution de contrats à terme d'instruments financiers en cours à la clôture de l'exercice est compris dans les résultats de cet exercice ; il est déterminé d'après le cours constaté au jour de la clôture sur le marché sur lequel le contrat a été conclu. Ces dispositions s'appliquent aux contrats, options et autres instruments financiers à terme conclus en France ou à l'étranger, qui sont cotés sur une bourse de valeurs ou traités sur un marché ou par référence à un marché (…) ». Par conséquent, il y a une distorsion entre pratique comptable et fiscale qu'il convient d'anticiper.

Commentaires