Anton Tchekhov : un écrivain-médecin Travail de Recherche

Anton Tchekhov : un écrivain-médecin
Travail de recherche sur le thème de la médecine dans la littérature et se demandant en quoi les écrits d'Anton Tchekhov sont un événement marquant du XIXe siècle dans l'histoire des lettres, non seulement russes, mais aussi à l'échelle mondiale. (PDF)
№ 30162 | 8,275 mots | 8 sources | 2013 | FR
Publié le oct. 23, 2013 in Littérature , Médecine et Santé , Littérature Etrangère
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nombreux sont ces auteurs qui, tout en étant homme de science, chercheur, ou simple amateur passionné des sciences, transposent leur expérience scientifique dans leur œuvre littéraire. Anton Pavlovitch Tchekhov (1860 – 1904) en fait partie ; il est un écrivain occupant une place marquante dans les lettres russes au XIXe siècle, qui montre un intérêt particulier au domaine des sciences. Tout en exerçant sa profession de médecin, il publie entre 1880 et 1903 plus de 600 œuvres littéraires ; ses pièces, souvent mises en scène à l'heure actuelle - La Mouette, La Cerisaie, Oncle Vania - font de lui l'un des auteurs les plus connus de la littérature russe, notamment pour sa façon de décrire la vie dans la province russe à la fin du XIXe siècle. Il est un véritable chroniqueur de la vie de tous les jours, de la mode de vie de la Russie. Sa formation médicale a laissé une empreinte inappréciable sur son œuvre ; Tchekhov le reconnait d'ailleurs dans son autobiographie (1899) : « L'étude de la médecine a eu une influence considérable sur mes travaux littéraires.

I- La médecine en Russie
II- Anton Tchekhov, un écrivain-médecin
III- Le personnage du médecin dans l'œuvre de Tchekhov
IV- Le thème de la folie

Extrait du document:

Certains protagonistes ne cachent pas leur lassitude et même l'antipathie qu'ils éprouvent à l'égard de la médecine. Raguine, le héros principal de La Salle nº 6, aurait voulu devenir ecclésiastique ; mais son projet contrarie à la volonté de son père chirurgien, il suit donc à contrecœur la voie médicale, tout en affirmant que ce n'est pas sa vocation. Par les images des médecins dans ce récit, Tchekhov transpose la conception qu'il portera toute sa vie - selon lui, un médecin doit se former en permanence et suivre constamment l'évolution de la science.

Commentaires