BCE : réaction d'une Banque Centrale à la crise Travail de Recherche

BCE : réaction d'une Banque Centrale à la crise
Travail de recherche s'interrogeant sur les moyens à la disposition de la Banque Centrale Européenne permettant d'enrayer les effets d'une crise sur les croissances économiques.
№ 28519 | 1,760 mots | 16 sources | 2012 | FR
Publié le juin 24, 2012 in Économie , Finances , Questions Européennes
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La Banque Centrale Européenne (BCE) a pour objectif la stabilité des prix à travers une inflation proche mais inférieur à 2% . Les objectifs d'emploi et de croissance durable n'apparaissent que s'il n'y a pas de risque inflationniste .
Depuis l'été 2007, nous faisons face à une succession de crises, la crise des dettes souveraines (crise de gouvernance), la crise des liquidités (crise de confiance) ainsi que la crise des « subprimes » (crise de solvabilité).
Son intensité et sa globalisation ne sont pas sans rappeler la plus désastreuse crise du XXème siècle qui avait été une des causes de la montée au pouvoir du nazisme en 1933 .

1. Les éléments d'intervention selon la BCE
2. Les moyens que possède la BCE pour agir sur la politique monétaire
3. Différents scénarios pour enrayer la crise actuelle

Extrait du document:

Pour sortir de la crise, les économistes sont partagés quant aux moyens à adopter. Certains proposent de laisser l'inflation à un niveau plus élevé afin de faire baisser mécaniquement le poids de l'endettement de chacun des Etats. Cependant, Mme Lemoine, économiste en chef de HSBC France, nous précise que cela ne donnera simplement qu'une « plus grande marge de manœuvre » à la BCE pour baisser ses taux d'intérêts (un objectif d'inflation de 4% obligerait les Banques centrales à relever leurs taux directeurs) et relancer l'économie avec des prêts en cas de nouvelle crise. En aucune sorte le ratio endettement sur PIB ne diminuerait car, avec la libéralisation des marchés depuis les années 80, les banques peuvent réagir en augmentant les taux d'intérêts des obligations d'Etat .

Commentaires