Cage et les échecs, un paradoxe ? Travail de Recherche

Cage et les échecs, un paradoxe ?
Travail de recherche se demandant si le rapport aux échecs de Cage est paradoxal avec le reste de ses œuvres et de son art. (pdf)
№ 29994 | 4,350 mots | 14 sources | 2013 | FR
Publié le août 28, 2013 in Musique , Arts , Histoire de l'Art
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Michaïl Botvinnik, champion du monde d'échecs de 1948 à 1957, de 1958 à 1960 et de 1961 à 1963, donc contemporain de Cage disait « Les échecs, c'est l'art d'analyser». Cette citation illustre l'interrogation qu'a suscité pour moi le rapport aux échecs de Cage. Comment est-ce qu'un jeu d'anticipation, de stratégie, ne laissant aucune place à la fortune, peut-il avoir sa place dans le monde du hasard de Cage. Et comment l'analyse, dans sa rigueur et son cadre, peut-elle devenir un art. Ainsi, cette discipline nous permet de réfléchir autour du rapport qu'entretien l'artiste avec ses loisirs, ainsi que ces loisirs avec son art. On peut ainsi dire que le décalage entre la nature des échecs et l'art Cagien nous permet de réfléchir autour de la condition de l'artiste face aux pratiques de son temps.

I - Comment les échecs se sont imposés à cage et quel est son rapport au jeu dans la vie
II - Les échecs comme outil de l'art
III - La philosophie du joueur d'échecs et son influence sur Cage

Extrait du document:

L'attrait au hasard pour Cage s'impose dans cette œuvre, de par l'improvisation et la diversité de possibilités qui s'offrent au compositeur. Il lui permet de jouer de la musique, comme on joue aux échecs, à partir d'une sélection, via des choix stratégiques pour atteindre un résultat, quel qu'il soit. L'outil du damier laisse donc une trace subtile sur l'œuvre, il dépose sur l'art l'empreinte du fonctionnement du jeu d'échec, donc même utilisé comme outil, le jeu n'a pas pour but d'être neutre.

Commentaires