"Citizen Kane" d'Orson Welles Travail de Recherche

"Citizen Kane" d'Orson Welles
Travail de recherche portant sur le film d'Orson Welles "Citizen Kane" et montrant comment ce film est à la fois un objet industriel et une œuvre d'art .
№ 13602 | 3,130 mots | 8 sources | 2009
Publié le janv. 28, 2010 in Cinéma
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Citizen Kane, sorti en 1941 aux Etats-Unis, est le premier film d'Orson Welles. Rendu connu par son canular de 1938, il intéresse immédiatement les industriels Hollywoodiens. Finalement, c'est la RKO qui signe avec lui. Dans une Amérique qui se remet à peine de la crise économique et avec l'avènement des démocrates qui contribue à enrayer la toute puissance des classes dirigeantes,Citizen Kane s'inscrit parfaitement dans l'entreprise de démystification des magnats. Entouré de productions typées et attendues du public comme les westerns, les comédies ou le film noir, Orson Welles se détache de ce paysage cinématographique pour réaliser "Citizen Kane", un film, voire un monument, alors et encore inclassable.



I- Citizen Kane, produit de l'industrie hollywoodienne.
a)La RKO, une majeure en mode mineure
b)Star system original et effets spéciaux, la recette de la réussite
c)Le sujet du film et l'affiche, des objets commerciaux

II-Citizen Kane, l'oeuvre d'un artiste
a)Orson Welles et sa passion
b)un film moderne
c)la réception du film, ou comment une oeuvre audacieuse est percue?

Extrait du document:

Citizen Kane apparaît dès lors comme un film hybride dans le panel des genres cinématographiques de l'époque. Tout comme l'opportunité qu'a eu le jeune Orson Welles grâce à la RKO. Vu avec du recul, ces studios ont semblés bien imprudents de donner carte blanche à un novice, Orson Welles dit lui-même lorsqu'un journaliste lui demande comme a-t-il pu réaliser un premier film aussi parfait : « Je le dois à mon ignorance. Si le mot vous semble inadéquat, remplacez-le par innocence ». Mais en replaçant l'histoire dans son contexte, ils n'ont fait qu'appliquer les pratiques du moment, c'est-à-dire trouver une nouvelle vedette, miser sur une célébrité. Et toujours avec ce même recul, on s'aperçoit que RKO a fait bien plus que révéler ce jeune réalisateur, il a permit de donner naissance à l'un des rares films considérés comme monumentaux depuis plus de soixante ans. Cela expliquerait tout du moins cette critique si différente entre le public et les professionnels à sa sortie, les uns y voyaient une œuvre inappropriée et les autres y voyaient un chef-d'œuvre, n'est ce pas le propre d'une œuvre d'avant-garde ? Du haut de ses 119 minutes et de ses pellicules noir et blanches, Citizen Kane marque à la fois l'histoire du cinéma à jamais et le début d'un cinéaste hors normes, en témoigne le critique américain Jonathan Rosenbaum: « Depuis la disparition d'Orson Welles – à soixante dix ans, le 10 octobre 1985-, on s'est rendu compte, de manière de plus en plus claire, que ce qu'il nous a laissé […] constitue un héritage beaucoup plus vaste, et incomparablement plus riche en surprises potentielles que quiconque d'entre nous n'aurait pu le soupçonner ».

Commentaires