Comment expliquer nos préférences ? Travail de Recherche

Comment expliquer nos préférences ?
Dossier de techniques d'expérimentation en psychologie cognitive qui tente de rendre compte de l'effet d'une exposition répétée, et à un seuil infraliminaire, de panneaux publicitaires sur les choix et préférences des consommateurs.
№ 27673 | 1,970 mots | 3 sources | 2011 | FR
Publié le janv. 19, 2012 in Publicité , Psychologie , Consommation
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Plusieurs chercheurs se sont intéressés aux phénomènes des attitudes et des préférences de stimuli dans le champ de la publicité. Ainsi, Zajonc (1968,1980) fut l'un des premiers à définir le paradigme de simple exposition perceptive. Selon lui, « l'exposition répétée d'un sujet à un stimulus est une condition suffisante pour augmenter son jugement de préférence envers ce stimulus. Par simple exposition, on entend la condition qui permet de rendre un stimulus donné accessible à la perception du sujet ». Je me suis donc appuyée sur cet auteur mais aussi sur l'expérience de Didier Courbet (2003) qui étudie l'impact des effets implicites de la simple exposition aux marques publicitaires sur les attitudes et préférences des individus.

1-Hypothèse
2-Plan expérimental et sujet
3-Matériel
4-Procédure
5-Inconvénients et avantages de cette expérience
6-Résultats

Extrait du document:

Facteur historique : en effet, comme Didier Courbet (2003), il me semblait pertinent d'utiliser des stimuli nouveaux et en l'occurrence des marques inconnues et fabriquées pour l'expérience afin de contrôler l'effet de familiarité ou de mémoire implicite des sujets avec des marques déjà existantes dans la réalité. La variable à contrôler est donc l'exposition à des stimuli déjà familiers ou déjà perçus même très brièvement (car la moindre perception de stimulus est traitée cognitivement et mémorisée par le sujet même à un niveau inconscient : par le processus de mémoire implicite). Cet effet serait donc susceptible d'influencer inconsciemment nos préférences.

Commentaires