Hier la question de l'eau, demain l'eau en question ? Travail de Recherche

Hier la question de l'eau, demain l'eau en question ?
Travail de recherche se demandant comment comprendre les défis de l'eau et nous adapter dans l'avenir.
№ 31136 | 3,180 mots | 21 sources | 2014
Publié le nov. 26, 2014 in Commerce , Consommation , Ecologie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dès l'antiquité, les hommes s'établissent près des sources d'eau qui génèrent souvent l'ouverture du développement d'un pays. Ainsi, à l'époque, les villes côtières sont en plein essor. Notre planète « bleue »' dispose de 70 % de cette ressource précieuse qu'est l'eau. Cependant, seulement 3 % des ressources en eau sont potables. Source de vies, aussi bien humaines, animales que végétales, il est important dès aujourd'hui de préserver l'eau. Mais comment faire lorsque cette ressource inaccessible pour 1 milliard d'hommes s'épuise, et que sa qualité se dégrade ? Comment assurer l'avenir d´une humanité de plus en plus irresponsable ? La sensibilisation peut-elle amener une réelle prise de conscience des hommes en ce qui concerne la pollution des eaux ?

I. L'eau dans le passé
II. L'eau dans le présent
III. L'eau dans le futur

Extrait du document:

La tragédie de la mer d'Aral débute par la surexploitation des ressources, due au développement d'une agriculture intensive pour la culture du coton encouragée pendant l'occupation russe, puis soviétique. En effet, détournées par les autorités soviétiques pour irriguer 7 millions d'hectares consacrés à la culture du coton, les eaux de l'Amou-Daria et du Syr-Daria ne parviennent plus à alimenter la mer d'Aral. De plus, les tensions au sujet de l'eau sont accentuées par les écarts dans la consommation d'eau. Les républiques qui consomment le plus pour leur agriculture (Ouzbékistan et Kazakhstan) ne correspondent pas aux républiques qui détiennent l'eau en Asie centrale (Tadjikistan et Kirghizstan).

Commentaires