Implication des récepteurs à la sérotonine dans la réponse au Citalopram Travail de Recherche by Cabot

Implication des récepteurs à la sérotonine dans la réponse au Citalopram
Travail de recherche portant sur l'effet du Citalopram (Monaca et al, 2001) sur les cycles veille-sommeil chez la souris mutante ainsi que chez la souris sauvage de la même lignée.
№ 9360 | 2,780 mots | 21 sources | 2005
Publié le déc. 14, 2008 in Biologie , Chimie , Sciences
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont les médicaments les plus fréquemment prescrits pour les troubles dépressifs. Les ISRS ont également une action sur le sommeil et l'éveil. Chez plusieurs espèces notamment chez le rat (Maudhuit et al, 1994 ; Ursin, 2002), le hamster (Gao et al, 1992), et aussi chez l'homme (Hendrickse et al, 1994), ils produisent initialement une réduction du sommeil paradoxal (SP), souvent associée à une augmentation de l'éveil, et secondairement une augmentation du sommeil lent (SL) (Maudhuit et al, 1994; Ursin, 2002).

I/ Matériels et méthodes
1. Animaux
2. Principe de mesure des états de vigilance
3. Implantation des électrodes
4. Enregistrement polygraphique
5. Traitement pharmacologique
6. Analyse des données et statistiques

II/ Résultats
1. Effet du Citalopram chez les souris sauvages
2. Effet du Citalopram chez les souris 5-HT2A-/-

III/ Discussion et perspectives


Extrait du document:

Chez les souris sauvages, le blocage du transporteur de la sérotonine par le Citalopram induit une diminution significative des taux de SP, qui dure 4 heures post-injection (figure 2). Cet effet est dose dépendant (figure 3) et est significatif pour la dose de 10 mg/kg jusqu'à 4h après le traitement. (3,5 ± 0,2 min par rapport à 14,6 ± 1,0 min pour le sérum physiologique). Après cette diminution initiale du taux de SP il y a un retour progressif aux valeurs de bases.

Commentaires