L'art de la réthorique Travail de Recherche by hermann

L'art de la réthorique
Travail de recherche qui pose la question de savoir à quel moment on utilise des moyens de rhétorique ? Quels sont-ils ? Comment en reconnaître les arguments ?
№ 1441 | 7,480 mots | 0 sources | 2007
Publié le oct. 11, 2007 in Communication , Philosophie , Psychologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La rhétorique est, pour certains, l'art d'argumenter alors que pour d'autres, c'est l'étude du style et plus particulièrement des figures. Son existence pose le problème de la démonstration et de la logique.


I- La construction d'un modèle

II- La Rhétorique

1) Types d'énoncés

2) Les fonctions de la rhétorique
a. La fonction persuasive (argumentatif et oratoire)
b. La fonction herméneutique
c. La fonction heuristique
d. Fonction pédagogique

3) Les quatre parties de la rhétorique
a. L'invention
1. Plusieurs Genres
2. Plusieurs Type d'arguments
3. Type de preuves

b. La disposition

c. Élocution

III- L'argumentation

1) L'auditoire peut-il être "universel" ?

2) La langue naturelle et ses ambiguïtés

3) Des prémisses vraisemblables

4) Progression qui dépend de l'orateur

5) Des conclusions toujours controversables

6) Une bonne argumentation ?
a. Les sophismes et l'argumentation
b. Non-paraphrase et fermeture

7) Argumentation pédagogique, judiciaire, philosophique
a. Pédagogique et judiciaire
b. L'argumentation philosophique

IV- Les figures

1) Les figures de mots

2) Les figures de sens
a. Les tropes simples - métonymies, synecdoques, métaphores
b. Les tropes complexes - hypallage, énallage, oxymore, hyperbole etc.
V- Comment reconnaître les arguments

1) Les éléments de l'accord préalable

a. Faits, vérité, présomptions
1. Les valeurs et le préférable
2. Les lieux du préférable
3. Figures et sophismes concernant l'accord préalable

b. Premier type- les arguments quasi logiques
1. Le syllogisme
2. Contradictions et incompatibilités - le ridicule
3. L'identité et la règle de justice
4. Les arguments quasi mathématiques - transitivité, dilemme, etc

c. Deuxième type - les arguments fondés sur la structure du réel
1. Succession, causalité, l'argument pragmatique
2. Finalité - argument de gaspillage, de direction, do dépassement
3. La coexistence - argument d'autorité, argument ad hominem

d. Troisième type - les arguments fondant la structure du réel
1. L'exemple, l'illustration, le modèle
2. La comparaison et l'argument du sacrifice
3. L'analogie et la métaphore

e. Quatrième type - les arguments par dissociation des notions
1. L'absurde ou le distinguo
2. Le couple apparence-réalité

VI- Les arguments scientifiques et le raisonnement

1) Le raisonnement avec des arguments déductifs
a. Le raisonnement propositionnel
b. Le raisonnement conditionnel
c. Le raisonnement avec des quantificateurs et des variables

2) Le raisonnement avec des arguments non déductifs
a. L'induction
b. L'abduction et l'explication
c. Le raisonnement avec des prémisses incertaines

Extrait du document:

L'induction est une forme d'inférence consistant à généraliser ce qui est connu de quelques cas à l'ensemble des cas de la même espèce. Mais on a aussi pu considérer, de manière plus large, que l'inférence comporte une projection du connu vers des cas non connus (et même l'inférence du particulier au particulier). Il semble que l'induction soit plus problématique que la déduction. La conclusion tirée du raisonnement pourrait n'être qu'une conjecture dont la vérité ne peut être garantie. Il existe des degrés différents de confirmation de la conclusion, ce qui peut motiver un jugement d'acceptabilité de celle-ci. Il y a deux composantes dans l'induction : l'identification d'une régularité (qui porte du des cas connus), la projection de cette régularité sur des cas non connus, impliquant une évaluation de la confirmation (ou de la justification, apportée par les cas connus à la conjecture concernant les cas non connus. L'induction est représentée par la seconde composante ("ces étudiants de psychologie ont un bac A donc tous les étudiants de psychologie on un bac A").
b)- l'abduction et l'explication
L'abduction consiste, partant de l'énoncé d'un fait singulier (Freud est novateur) ou générique (il y a du biologique dans la dépression) à inférer une proposition qui constitue l'hypothèse la plus plausible permettant d'expliquer celui-ci. Comme dans l'induction, l'information initiale utilisée comme prémisse(s) est connue pour être vraie ou est supposée vraie, tandis que la vérité de la conclusion ne peut pas être logiquement garantie bien qu'elle suscite parfois une confiance totale. L'abduction est un raisonnement très fréquent. On le retrouve dans l'analyse des situations, la compréhension d'un récit, le diagnostic, les décisions. Elle correspond à deux processus fondamentaux : formulation d'hypothèses à partir de connaissances, évaluation de leur plausibilité.



  • Mémoire pour le DEES (Diplôme d'Etat d'Educateur Spécialisé) se demandant comment envisager le rôle d'éducateur spécialisé avec des enfants qui semblent indifférents et insensibles à leur environnement. (pdf)
    № 24245 | 24,060 mots | 12 sources | 2009 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Ce document commente l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Paris concernant l'accession à la nationalité française tout en s'appuyant sur un cas concret.
    № 280 | 1,030 mots | 0 sources | 2006 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé se demandant si l'on évolue vers une absence de militantisme prévisible dans les années à venir ou si l'on observe une mutation de cette forme d'engagement.
    № 30807 | 3,740 mots | 14 sources | 2006 | FR | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires