L'art gothique en Espagne au temps des rois catholiques Travail de Recherche by Frenchclem

L'art gothique en Espagne au temps des rois catholiques
Travail de recherche illustré portant sur les monuments gothiques flamboyant élevés en Espagne pendant le dernier tiers du XVe siècle, sous le règne de Ferdinand II et d'Isabelle 1ère.
№ 3235 | 2,725 mots | 13 sources | 2008
Publié le févr. 07, 2008 in Architecture , Religion , Histoire de l'Art
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le gothique, prend une forme nouvelle et bien particulière. Il combine ses formules constructives avec le mudéjare, avec les formes flamboyantes et avec l’élégance italienne.
On a tendance à nommer cet art «l’art Isabellin», même s’il est faut de restreindre la durée de ce style au règne de la Reine des catholiques.
Cette étude tente d’expliquer, comment, au seuil de la Renaissance, se caractérise l’art Isabellin et par quels courants il a été influencé.
Puis, analyse comment le style mudéjare déjà présent en Espagne fut mélangé à un gothique flamboyant du nord puis aux courants inspirant la Renaissance.
Enfin elle conclue en donnant quelques détails spécifiques de cet art.

I. L’art des Rois Catholiques marqué par le mélange hispano-flamand

1) Le Mudéjare
2) Mélangé aux influences Flamandes ; le gothique flamboyant
3) Exemple d’œuvre : l’église Saint-Jean-des-Rois de Tolède

II. L’influence italienne annonçant la Renaissance

1) L’Espagne : pas « prête » pour la Renaissance
2) Mais l’influence italienne devient forte

III. Quelques spécificités du style des Rois Catholiques

1) Des intérêts particuliers
2) Le mélange des éléments païens et chrétiens ; le symbolisme

Extrait du document:

Le titre de Rois catholiques est donné à Ferdinand II (1452-1516), roi d'Aragon et de Sicile, et à Isabelle 1ère (1451- 1504), reine de Castille. Ils furent le symbole du renouveau espagnol lorsqu’ils unirent leurs deux puissantes régions en se mariant en 1469. En quelques années, un seul souverain gouvernait l'ensemble des royaumes espagnols (à l'exception du Portugal), et la péninsule était "débarrassée" de la présence musulmane. Puis l'Espagne, elle-même, se retrouvait au centre d'un vaste empire, à la fois méditerranéen et océanique. Les superbes édifices érigés par les Rois Catholiques dont les corniches de dentelles de pierre et les lambris mauresques portent leurs emblèmes triomphants (un faisceau de flèches pour Isabelle, un joug pour Ferdinand) sont comme une riposte du pouvoir royal aux prétentions de la Noblesse ; les couvents, les hôpitaux et les chapelles fondés par la couronne seront tout aussi riches et grandioses que ceux qu’élevaient les nobles. Le XVe siècle voit fleurir dans la péninsule, des édifices d’un style hautin, d’une héraldique délirante.

Commentaires