L'économie de la drogue Travail de Recherche by annelisegalmes

L'économie de la drogue
Travail de recherche sociologique et économique qui présente le marché de la drogue, à travers l'exemple du trafic de drogue et des organisations criminelles en Colombie.
№ 3617 | 5,980 mots | 0 sources | 2006
Publié le févr. 19, 2008 in Commerce , Économie , Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’économie de la drogue décrit la production et la commercialisation de biens et de services illégaux. Les premières analyses insistaient sur ce qu’il était convenu d’appeler « l’organisation en cartel » .Le recours à cette image permettait d’apparenter la production de la drogue à l’activité d’une entreprise classique. A contrario, les textes récents utilisent plutôt le terme de « Mafia ».
Mais on peut remarquer que la production de la drogue n’a que faiblement recours à la main d’œuvre salariée, et que le terme mafia suggère une ressemblance abusive entre les organisations siciliennes et colombiennes.
Cette étude tente de répondre aux questions suivantes : comment classer la drogue parmi les grandes familles de marchandises ? Quelles particularités caractérisent les marchés qui assurent la circulation des drogues ? Comment dénommer les organisations qui assurent la production et le commerce de la drogue ? Enfin, doit-on parler de cartel, de mafia, d’organisation criminelle ou de réseau ?


I. Définition de la marchandise « drogue » et de ses marchés
A) Une « production marchande illégale »
B) Un marché caractérisé par la persistance de prix et de profits élevés…
C) … et par des relations asymétriques entre l’offre à la demande

II. Illégalité et particularité des organisations criminelles colombiennes
A) La dominante de l’approche étiologique
B) La dérive taxinomique
C) L’approche entrepreneuriale
D) Le réductionnisme économique

III. Etude des organisations criminelles organisées en réseaux
A) Descriptif des « organisation criminelles de trafiquants de drogue organisées en réseaux »
B) « Effet d’offre » et «imprévisibilité des réseaux»
C) La violence liée au trafic de drogue

Extrait du document:

L’étiologie, ou la science des causes, se traduit en sciences politiques par la polarisation sur les causes dites « profondes » des phénomènes et par un certain mépris pour ceux-ci. les textes dont le propos consiste essentiellement à identifier les facteurs « variables »,ou les phénomènes situés « en amont » des mécanismes ou événements à expliquer, sont nombreux. Le danger réside dans le mépris de l’événement et dans le recours abusif aux prénotions .On fait une surutilisation des enchaînements causaux réputés de sens commun.
De nombreux textes expliquent la force des mafias siciliennes ou colombiennes, par leur caractère fonctionnel dans un système capitaliste où l’État est, au choix, sous-développé, ou surdéveloppé, selon les écoles. Bref, toutes les explications contradictoires entre elles sont disponibles sur le marché de la connaissance. Particularité de ces analyses, elle sont insensibles aux bouleversements de situation. Le cadre conceptuel n’est jamais remis en cause. Les perspectives étiologiques paraissent marquées par absence totale de curiosité théorique pour les enchaînements causaux internes au processus de crise analysé.

Commentaires