L’élection présidentielle sous la Vème République Travail de Recherche by Mokona

L’élection présidentielle sous la Vème République
Travail de recherche sur les présidentielles sous la Vème République qui s'interroge sur l'apport de ces élections pour la France.
№ 7260 | 11,725 mots | 11 sources | 2008
Publié le juil. 17, 2008 in Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme d’élections présidentielles et de président de la République naît en France, lors de la proclamation de la Seconde République, en 1848. Par peur d’une seconde Terreur et pour éviter la prise du pouvoir par quelques uns comme le Comité de Salut publique, on a voulu instaurer des élections présidentielles dont le pouvoir du président serait limité et contrôlé par le parlement mais aussi par le suffrage universel direct masculin. Ce système ne reste pas en place sous la troisième république, le président est alors élu par l’assemblée nationale, sauf en 1879, où il est élu par le congrès, ce qui sera aussi le cas sous la quatrième république.

I- Les modalités d’élection
A- Les différentes évolutions sous la Vème république
B- Se présenter aux élections
C- Le déroulement d’une campagne

II- Les présidentielles
A- De 2002 à 2007
B- Nicolas Sarkozy, un candidat potentiel
C- Les médias, le quatrième pouvoir

III- La sociologie électorale
A- L’abstentionnisme
B- Les variables lourdes
C- Les motivations du vote et la volatilité des électeurs en 2002

Extrait du document:

Pour devenir Président de la République, il faut d'une part remplir certaines conditions et d'autre part effectuer quelques formalités. Les conditions sont : avoir la nationalité française, être électeur et âgé d'au moins 23 ans, avoir satisfait aux obligations relatives aux textes sur le recrutement de l'armée mais aussi faire preuve de dignité morale. Puis le candidat doit recueillir 500 signatures d'élus d'au moins 30 départements ou collectivités différents. Cette procédure de présentation des candidats vise à écarter les candidatures peu sérieuses, et plutôt favoriser les candidats ayant une véritable conviction et une envergure nationale.

Commentaires