L'évolution de la relation parents-enfants Travail de Recherche by sonate91

L'évolution de la relation parents-enfants
Travail de recherche s'interrogeant sur l'évolution des rapports entre les parents et les enfants, notamment avec l'arrivée des téléphones portables.
№ 30267 | 1,115 mots | 6 sources | 2012 | FR
Publié le nov. 27, 2013 in Sciences de l'Education , Sociologie , Questions Sociales
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Selon le Dictionnaire de l'Académie française , le mot enfant est emprunté du mot latin infans, infantis, « celui qui ne parle pas, jeune enfant », et en bas latin « garçon ou fille de six à quinze ans ». Cette définition nous montre, non pas que l'enfant âgé de 6 ans à 15 ans ne savait pas parler, mais que sa parole n'avait aucune valeur aux yeux des adultes. De plus jusqu'à l'aube du XXe siècle en France, il leur était tout simplement interdit de parler aux adultes sans leur autorisation préalable. Traditionnellement, dans tous les milieux français, les enfants ne devaient pas en outre parler à table. Selon Daniel Calin (2007) « cette interdiction ne portait que vers les hommes adultes, elle renvoyait les enfants vers leurs mères. Le dialogue, ou tout du moins la parole existait entre la mère et l'enfant, mais également entre les enfants et leurs grands-parents. » Rappelons que durant des siècles, la famille était élargie, et comprenait souvent les grands-parents, les parents et les enfants.

I- La place de l'enfant dans la famille à partir du XXe siècle
II- La famille moderne et ses pratiques éducatives
III- L'évolution de la communication parents-enfants

Extrait du document:

Il y a environ une cinquantaine d'années, le dialogue parents-enfants était peu ouvert et se limitait à la scolarité ou aux actualités marquantes. De nombreux sujets tabous persistaient (sexualité, politique…). La famille de cette époque était encore sous l'empreinte de l'autoritarisme paternel. Les années 1950-1960 ont vu s'affirmer la classe d'âge des adolescents, décrite par Christian Morin (1963).

Commentaires