L'immigration haïtienne en Guyane Française, entre intégration et stigmatisation : logement et logiques d'organisation spatiale Travail de Recherche

L'immigration haïtienne en Guyane Française, entre intégration et stigmatisation : logement et logiques d'organisation spatiale
Travail de recherche dont le thème est d'étudier la question de l'immigration haïtienne légale en Guyane Française et de constater le degré d'intégration de cette communauté dans la société d'accueil qu'est la société guyanaise.
№ 30831 | 9,950 mots | 22 sources | 2014 | FR
Publié le août 25, 2014 in Géographie , Relations Internationales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le thème de ce dossier de recherche est d'étudier la question de l'immigration haïtienne légale en Guyane Française, et de constater le degré d'intégration de cette communauté dans la société d'accueil qu'est la société guyanaise. En effet, les Haïtiens sont traditionnellement considérés et perçus comme étant le groupe socioculturel le moins bien intégré sur le sol guyanais, en raison d'une forte stigmatisation. Cette stigmatisation, qui est avant tout le fait d'une mentalité collective défavorable à une perception positive de ce groupe, passe évidemment par des canaux pratiques. Ces incarnations concrètes de l'exclusion haïtienne sont nombreuses, et c'est ce qui a fait l'objet du premier obstacle méthodologique lors de la constitution du présent dossier.

1. Partie préliminaire: Les Haïtiens en Guyane: de l'immigration à la stigmatisation des immigrés haïtiens en Guyane (mise en contexte socio historique)
2. Partie 1 : Comprendre les caractéristiques générales de stigmatisation de la communauté haïtienne en Guyane française
3. Partie 2 : L'occupation concrète de l'espace par la communauté haïtienne : les lieux de résidence entre stigmatisation et stratégies de récupération
4. Partie 3 : La réappropriation de l'espace et de l'habitat comme création d'un discours identitaire propre à la diaspora : vers une logique d'intégration ?

Extrait du document:

Du point de vue des immigrés haïtiens, les frontières existent. On aime répéter que les « étrangers » n'entrent pas. Si le partage des mêmes valeurs (affectives, consommatoires), la complicité, le regroupement par famille sont autant d'éléments autour desquels ces lieux « fonctionnent », l'aspect économique est aussi très important. L'inter connaissance, qui autorise à parler de réseaux, permettant à chacun de tirer partie de ses divers liens, est mobilisée dans la recherche d'un emploi, le plus souvent un travail à la journée. Les activités exercées par les migrants sont la plupart du temps des activités informelles. Ils sont le plus souvent jardiniers, préposés à l'entretien des maisons, ou maçon. Les femmes font, quant à elles, des travaux domestiques, et parfois du commerce.

Commentaires