La fondation de Sainte Sophie Travail de Recherche

La fondation de Sainte Sophie
Travail de recherche, s'appuyant sur un plan de l'église Sainte-Sophie, tiré d'Empereur et prêtre de Dagron, ainsi qu'un extrait du Livre des édifices de Procope de Césarée portant sur la construction et le symbole de puissance de l'église Sainte-Sophie.
№ 21206 | 1,725 mots | 5 sources | 2010
Publié le nov. 17, 2010 in Architecture , Histoire
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Nika » signifie « vainc », c'est lors de jeux se déroulant à l'hippodrome que ce cri retentit. Habituellement, l'hippodrome est divisé en deux camps : les bleus et les verts. Les bleus étant plus des chalcédoniens et les verts des monophysites, il y a toujours des troubles et un long débat religieux. Et c'est donc habituel qu'ils s'opposent, mais en 532, les deux camps veulent la démission du préfet de Constantinople et ils se liguent pour avoir satisfaction. La sédition de Nika provoque de nombreux incendies dont l'ancienne église Sainte-Sophie, les insurgés sont maitrisés par les hommes de Bélisaire et sont massacrés. Quelques jours plus tard, Justinien I (527-565) décide la reconstruction de l'église. Sainte-Sophie du grec « Sophia » qui signifie la « Sagesse » est dédiée à la Divine Sagesse. C'est d'après un plan de l'église, tiré d'Empereur et prêtre de Dagron, ainsi qu'un extrait du Livre des édifices de Procope de Césarée que nous allons étudier une description du lieu. Procope de Césarée est un historien byzantin du VI siècle, ses œuvres constituent un récit détaillé du règne de Justinien. Il passe l'essentiel de sa vie à Constantinople, il est proche du palais et de Bélisaire. C'est l'une des meilleures sources de l'époque.

I. Sainte-Sophie, un symbole de puissance
II. Le style Byzantin
III. « L'église est le plus beau des spectacles »

Extrait du document:

Différents matériaux sont utilisés pour la construction et ils viennent de différentes régions, tout comme certains éléments de l'architecture. Par exemple, l'atrium est de style romain, puisque Constantinople s'inscrivait dans la continuité de l'Empire ; ou encore le système de triangle cité par l'auteur : « comme les arcs sont disposés en carré, le mur de pierre qui les relie à la forme d'un triangle ».

Commentaires