« La Grande Odalisque », Ingres Travail de Recherche by Alabama

« La Grande Odalisque », Ingres
Travail de recherche se demandant en quoi "La Grande Odalisque" d'Ingres est une œuvre exacerbée d'érotisme.
№ 30291 | 4,075 mots | 10 sources | 2013 | FR
Publié le nov. 30, 2013 in Arts Plastiques / Dessin , Arts , Histoire de l'Art
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Jean-Auguste-Dominique Ingres, fils du peintre et sculpteur Jean-Marie-Joseph, naquit le 29 août 1780 prêt de Montauban, dans le sud-ouest de la France. Cet artiste peintre, essentiellement connu pour ses portraits et ses nus, réalisa ses études à l'Académie Royale de Toulouse de 1791 à 1797 avant de rejoindre l'Atelier du très célèbre peintre Jacques-Louis David, date à laquelle il entra à l'école des Beaux-arts. Le 29 septembre 1801, après un premier échec au concours l'année précédente, il remporte finalement le prix de Rome avec son tableau de genre historique : les Ambassadeurs d'Agamemnon. En 1814, l'année où il réalisa Raphaël et la Fornarina ou encore Paolo et Francesca, il reçut une importante commande de la sœur de Napoléon, Mme Caroline Murât, épouse du Roi de Naples ; il s'agit d'une toile perçu aujourd'hui comme une des plus grandes icônes de la peinture classique, la célèbre Grande Odalisque qui fût peinte et signée la même année à Rome et que nous étudions ici.

I. Un nu féminin exacerbé d'érotisme
II. Technique Ingresque : incapacité ou système ?
III. Ingres ou le précurseur de la modernité

Extrait du document:

Cette Odalisque s'étend devant nous, sans nuances lumineuses réelles indiquée au niveau de sa peau, elle qui est pourtant en torsion. Un aspect formel de l'œuvre d'Ingres qui lui portera préjudice. Pourtant, Ingres considère le tableau comme une surface plane où la perspective atmosphérique tend à faire défaut. Il n'y a donc ici pas de sentiment de profondeur où de réels indices picturaux allant dans ce sens, et ceci par choix, ce qui confère à l'œuvre un modelé lisse et sans ombre. La peau rayonnante de ce nu féminin est éclairée d'une lumière qui lui semble venir de l'intérieur tellement elle ne peut trouver de source autour, dans cette pièce illusoire, et en devient magnifiquement irréelle.

Commentaires