La justice dans l'oeuvre posthume "Les pensées" de Pascal Travail de Recherche

La justice dans l'oeuvre posthume "Les pensées" de Pascal
Travail de recherche s'interrogeant sur la conception de la notion de justice au sein de l'ouvrage « Les pensées », de Blaise Pascal.
№ 28104 | 20,800 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le mars 19, 2012 in Littérature , Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour comprendre convenablement la conception de la justice chez Pascal, il faut d'abord l'inscrire dans son contexte historico- politique et religieux. Si le texte des Pensées est hanté par le spectre de la sédition (66 - 326), de la guerre civile («le plus grand des maux est les guerres civiles », 94 - 313) et si la paix, en revanche, est le souverain bien (« la paix[...] qui est le souverain bien », 81- 299), c'est parce que, du moins en partie, Pascal a connu l'épisode de la Fronde entre 1648 et 1652, nouvel avatar de la résistance des nobles au centralisme monarchique, et qu'il en pense le plus grand mal comme l'atteste ce jugement catégorique : « De là vient l'injustice de la Fronde qui élève sa prétendue justice contre la force. » (85 - 878).

I] «Plaisante justice qu'une rivière borne» (60 - 294) : misère et dérision de la justice humaine
II] «Travaillons donc a bien penser, voila le principe de la morale. » (200-247) : Justesse morale et justesse politique, figures humaines de la justice

Extrait du document:

Certes, l'homme dispose de la raison, mais Pascal montre les limites de sa puissance à partir de sa puissance même, celle qui a obtenu des connaissances sur la nature dans lesquelles l'homme « trouve un grand sujet d'humiliation, forcé à s'abaisser d'une ou d'autre manière. » (199 - 71). Tel est le thème central du long fragment consacré aux deux infinis, l'infiniment grand et l'infiniment petit auquel Pascal confronte l'esprit, pris de vertige : « Car enfin, qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout, infiniment éloigné de comprendre les extrêmes [...]

Commentaires