La logistique humanitaire Travail de Recherche by morganed83

La logistique humanitaire
Travail de recherche qui présente le déroulement d’une action humanitaire en situation d’urgence, et les différentes étapes nécessaires au bon déroulement de celle-ci.
№ 2974 | 12,860 mots | 0 sources | 2008
Publié le janv. 31, 2008 in Économie , Médecine et Santé , Gestion
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette étude montre que la logistique humanitaire se professionnalise de plus en plus, et que bon nombre d’ONG tendent à utiliser des méthodes de gestion présentes dans les entreprises, surtout au niveau des activités de “soutien” telle que la gestion du personnel ou la gestion et l’utilisation des systèmes d’information.
Enfin, à travers l’étude du cas de la Croix Rouge, le document illustre le déroulement d’une action humanitaire de grande échelle et les contraintes auquelles les ONG doivent faire face.

I. Cycle logistique d’une action humanitaire
A. Récolte des informations
B. Récolte des dons et solutions d’approvisionnement
C. L’expédition et l’envoi de fret
D. L’acheminement des marchandises
E. La réception de la marchandise

II. Les outils transversaux
1. La gestion des hommes
A. Les bénévoles
B. Les salariés
C. L’arrivée sur le lieu de crise
D. La constitution d’équipe
E. Leur action sur place
F. Le rôle essentiel du logisticien

2. La gestion des risques
A. La corruption
B. Les idées reçues
C. La concurrence déloyale
D. La sécurité du personnel des ONG

3. Systèmes d’informations
A. Qu’est ce qu’une place de marché privé
B. L’avenir de l’humanitaire : les places de marché à but non lucratif comme Aidmatrix
C. Les ERP ou progiciel de gestion intégré
D. Un exemple réussi : MSF Logistique et son PGI souple
E. Les Atouts des PGI
F. Le portail service de la Croix-Rouge : la transmission de l’information au service de la logistique (EDI)
G. Le SMIAR (Système Mondial d’Information et d’Alerte Rapide)
H. Les TIC (technologies de l’information et de la communication) un soutien primordial

III. Etude de cas : la Croix Rouge
A. Action Globale de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge et Croissant Rouge : Le Tsunami
B. Action de la Croix Rouge française suite à l’Ouragan Katrina




Extrait du document:

Les dons matériels sont plus faciles à collecter que les dons monétaires car il existe de nombreuses façons de solliciter les passants à donner de la nourriture ou des vêtements. Par exemple, les associations peuvent se positionner près des supermarchés et demander aux consommateurs un produit alimentaire ou d’hygiène. Cette méthode est très efficace car elle ne nécessite pas pour l’acheteur de se déplacer pour donner. De plus, les produits sont à portée de main et il est possible de faire un don de faible valeur monétaire. Enfin, le consommateur a tendance à développer un sentiment de culpabilité en passant devant le stand sans donner à l’association alors même qu’il vient d’acheter de la nourriture.
On peut aussi demander des affaires d’occasion qui permettront aux donneurs de faire une bonne action sans frais financier. Cela rajoutera une dimension sentimentale puisque que le don sera fait à partir d’objets personnels. Cependant, il s’agit de matériel usagé, qui n’a pas été révisé ou réhabilité. Il aura donc une durée de vie courte et les bénéficiaires du projet seront les premières victimes de cette économie. Ici, on peut utiliser la méthode de la bouche à l’oreille qui est efficace pour collecter les objets du quotidien.

Commentaires