La présidence de Chen Shui-bian, une parenthèse dans l'histoire des relation sino-taiwanaises ? Travail de Recherche by alice2390

La présidence de Chen Shui-bian, une parenthèse dans l'histoire des relation sino-taiwanaises ?
Travail de recherche portant sur les relations entre la Chine et Taiwan de 2000 à 2008 sous la présidence de Chen Shui Bian.
№ 11875 | 4,080 mots | 5 sources | 2009
Publié le juil. 12, 2009 in Relations Internationales , Sciences Politiques
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il y a plus de soixante ans, Tchang Kai-chek (蔣中正) fuyait le continent où les communistes menés par Mao Zedong (毛泽东) venaient de renverser la République de Chine (RC fondée en 1911) et proclamait la République Populaire de Chine (RPC). Il s'installa avec ses troupes sur l'île de Taiwan où il instaura ce qu'il considérait comme étant la continuation de la RC avec l'ambition d'un jour reconquérir le continent. Après la mort de Tchang Kai-chek en 1975 et le début de la démocratisation du pays par Tchang Ching-kuo (蔣經國fils de Tchang Kai-chek), Taïwan a progressivement abandonné ses ambitions concernant la reconquête du continent et a limité son pouvoir à Taïwan et aux îles environnantes.

1. L'élection présidentielle de 2000 : une victoire historique du Parti Démocrate Progressiste (PDP)

2. Le second mandat de Chen Shui-Bian de 2004 à 2008 : entre accroissement des tensions et stabilisation relative

Extrait du document:

Lors de son discours d'investiture Chen Shui-bian reste dans la modération mais annonce tout de même que sa politique à l'égard de la Chine sera plus sévère que celle menée auparavant. A plusieurs reprises il déclare : « Taiwan est debout ! » En référence à la déclaration de Mao Zedong lors de la création de la RPC en 1949. Il déclare également que : « Des expériences historiques similaires devraient favoriser la confiance mutuelle entre les deux rives du détroit de Taiwan, fournissant un point de départ réel pour avancer ensemble sur la voie de la liberté, de la démocratie et des droits de l'Homme. Toutefois, à cause de longues périodes de séparation, les régimes politiques et les modes de vie ont évolué différemment de chaque côté du détroit, empêchant l'établissement d'une communauté d'âmes ou d'une amitié, suscitant même la division et la confrontation. Les populations, de part et d'autre du détroit, partagent les mêmes racines, la même culture et le même passé. Tout en continuant de nous plier aux principes de la démocratie et de la parité, de bâtir sur les fondations existantes et de rechercher les conditions d'une coopération mue par la bonne volonté, nous sommes persuadés que les dirigeants de chaque rive ont suffisamment de sagesse et de créativité pour résoudre ensemble la question d'une future ‘Chine Unique' ». Ce discours est adroit car le nouveau président déclare à la fois qu'une évolution dans le sens d'une Chine Unique est possible tout en mettant l'accent sur le fait qu'actuellement il existe bien deux Chines distinctes, qu'une longue période de séparation à éloigné l'une de l'autre.

Commentaires