La réunion des Etats généraux de 1789 Travail de Recherche

La réunion des Etats généraux de 1789
Travail de recherche structuré qui situe la réunion des Etats généraux de 1789 dans le contexte économique, social et politique de l'Ancien Régime, en insistant sur ses répercussions.
№ 11248 | 2,650 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 26, 2009 in Histoire , Droit
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La monarchie traverse une importante crise financière. Le budget du royaume a été plombé par ses dépenses militaires, notamment la guerre de succession en Espagne et dans la guerre d'indépendance des Etats-Unis (1778-1783). Calonne, ministre général des finances, annonce au roi que l'Etat est en banqueroute. Après un échec successif des réformes, Necker décide de convoquer les Etats généraux.
Quel rôle ont joué les Etats généraux de la Révolution française de 1789 ?

I. La réunion des Etats généraux
A. La préparation de la réunion des Etats généraux du 5 mai 1789
B. La réunion des Etats généraux dominée par la volonté du Tiers Etat d'obtenir le vote par tête

II. Le rôle déterminant de l'Assemblée Nationale dans la Révolution
A. La montée en puissance de l'Assemblée Nationale, symbole de la Révolution
B. L'évolution de l'Assemblée vers un caractère plus constitutionnel


Extrait du document:

Les votes des 10 et 11 septembre 1789 portent sur ces deux préoccupations. D'une part, le choix d'une chambre unique est adopté par 849 voix conter 89 mais avec plus de 100 voix d'abstention. D'autre part, la question du pouvoir royal divise l'Assemblée en deux camps. D'un côté, certains députés menés par Mounier, député du Tiers-Etat à l'origine du serment du Jeu de Paume et président de la constituante, sont partisans d'un droit de veto absolu royal. Autrement dit, ils veulent offrir la possibilité au roi de s'opposer aux décisions législatives de l'Assemblée lorsqu'elles ne conviennent pas. De l'autre côté, le groupe de Sieyès, rédacteur du serment du Jeu de Paume et de la constitution de 1791, est hostile à cette idée de veto qu'il considère comme « une lettre de cachet conte la volonté générale ».

Commentaires