La sexualité des adultes handicapés mentaux en foyer d'hébergement et foyer occupationnel Travail de Recherche

La sexualité des adultes handicapés mentaux en foyer d'hébergement et foyer occupationnel
Travail de recherche qui se demande si les lieux d'hébergements pour handicapés mentaux permettent de vivre une vie affective et sexuelle dans des conditions acceptables.
№ 18367 | 10,025 mots | 15 sources | 2010
Publié le juil. 29, 2010 in Psychologie , Sociologie , Questions Sociales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pendant la seconde moitié du 20ème siècle, les mœurs et les mentalités ont considérablement évolué en France et de nombreux tabous ont été levés en ce qui concerne la sexualité. Du combat des femmes pour le droit à disposer de leur corps à la revendication de l'homosexualité, les luttes se succèdent et chacun défend le fait d'être libre et épanoui dans sa vie intime. Les médias quant à eux, ne manquent pas de nous asséner d'informations, de conseils, voire de modes d'emploi, en matière de sexualité. Or, pour être concerné, il s'agit de faire partie des personnes « normales », donc intégrées socialement, valides physiquement et mentalement. Ce phénomène de société contribue à étayer des clichés préexistants : nous avons en effet facilement tendance à croire que tout individu possède les moyens, la faculté, et le droit de disposer de son corps, d'avoir la sexualité qu'il désire (en dehors, bien sûr, des actes légalement répréhensibles) et de s'y épanouir librement. Mais, en tant que travailleurs sociaux, nous sommes interpellés par la situation de ceux que la société immergée dans la norme, oublie un peu. Qu'en est-il en effet de ceux qui vivent « en marge », hospitalisés, incarcérés, ou encore des personnes handicapées ?

1. Partie étude
2. Partie enquête

Extrait du document:

Le malade mental n'a pas forcément une déficience de l'intelligence. Il peut posséder un quotient intellectuel très élevé, même largement au-dessus de la moyenne. L'aspect « maladie mentale » se révèlera comme un trouble passager ou constant dans son mode de comportement. Il se soigne plutôt en hôpital psychiatrique ou à l'aide de médicaments ayant une influence sur l'état psychique du patient. L'Unapei* donne d'ailleurs cette définition : « La personne malade mentale est marquée par une perturbation de ses facultés mentales susceptibles d'être guérie ou réduite au moyen d'une thérapie adaptée2 ». A l'inverse, le handicap mental n'est pas une maladie, mais un état permanent qui survient avant 18 ans.

Commentaires