La situation morale et physique des déportés à Auschwitz Travail de Recherche by bibialice

La situation morale et physique des déportés à Auschwitz
Travail de recherche portant sur les témoignages des différents écrivains survivants des camps d'extermination afin de transmettre et d'expliquer leurs expériences concentrationnaire dans le camp d'Auschwitz.
№ 11762 | 6,920 mots | 0 sources | 2009
Publié le juin 30, 2009 in Histoire , Relations Internationales , Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dès leur arrivée au camp, les prisonniers, après un voyage exténuant, font face à une série de «rituels». En effet, les déportés sont divisés en deux files selon leur âge et leur santé : le plus souvent les hommes et les femmes d'un côté, enfants et vieillards de l'autre. Ces derniers sont exterminés peu de temps après. Les hommes et les femmes doivent passer à la douche, entrainant les déportés dans l'humiliation. En effet, la nudité des corps fatigués et livides offre une vision effrayante de l'autre et la prise de conscience de leur similarité est encore plus choquante.

I. Les trois Auschwitz

II. Les conditions de vie

III. Les conditions sociales et l'état d'esprit des déportés

Extrait du document:

C'est à partir de mai 1940 qu'a été construit Auschwitz I, le camp principal qui a été, dans un premier temps, un camp de concentration. Au départ ancienne caserne de l'armée autrichienne, elle devint le camp de concentration principal d'Auschwitz. Ses premiers occupants arrivèrent en juin 1940 avec des destins variés. Pour certains c'était le travail forcé à l'extérieur dans des Kommandos, sous-alimentés et torturés, certains même faisaient l'objet d'expériences médicales par le docteur Mengele (expériences sur les jumeaux, sur la résistance à la fatigue entre autres). Pour d'autres, la vie fut encore plus courte : assassinats au Révier (l'infirmerie) avec des injections de phénol H, pendaisons, fusillades ; et il fut même installé à partir de 1942 une chambre à gaz, transformant ainsi en partie le camp en un camp d'extermination pure. On pouvait y retrouver des hommes politiques et intellectuels qui étaient opposés au régime nazi, ainsi que des prisonniers de guerre soviétiques, des criminels allemands, des tziganes, des prostituées, des homosexuels, des handicapés, des témoins de Jéhovah et des Juifs. Les commandants de ce camp furent Rudolf Hoess de mai 1940 à novembre 1943, Arthur Liebehenschel de novembre 1943 à mai 1944 et Richard Baer de mai 1944 à janvier 1945...

Commentaires