Le dilemme des élus locaux et des conservateur Travail de Recherche by corinneors

Le dilemme des élus locaux et des conservateur
Il s'agit de comprendre quelles motivations animent les élus locaux et les conservateus des musées lorsqu'ils établissent une politique muséale, faut-il donner priorité à la culture ou à l'économie ? Tel est leur dilemme permanent.
№ 83 | 4,000 mots | 102 sources | 2004
Publié le mars 20, 2007 in Arts Plastiques / Dessin , Sciences Politiques , Sociologie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La mise en place d’un cadre global d’action publique au niveau des municipalités dépend de la mobilisation des acteurs et / ou de la définition des principes ou des objectifs plus ou moins implicites délimitant et légitimant l’action locale. Dans le cas de cette étude, le développement des musées municipaux repose avant tout sur l’implication régulière des élus locaux et de leur collaboration avec les conservateurs des musées. Les musées sont marqués par le développement de nouvelles professions et fonctions telles que la « médiation » en direction des publics.
Introduction
I. Le musée : un vecteur d’aménagement culturel du territoire
A. Un adjuvant à la réalisation de la démocratie culturelle
B. Un témoin de l’identité locale
II. Le musée : un vecteur économique d’aménagement du territoire
A. Un marqueur culturel
B. Un gage de stimulation de l’économie locale
Conclusion
Bibliographie

Extrait du document:

I. Le musée : un vecteur d’aménagement culturel du territoire.

A. Un adjuvant à la réalisation de la démocratisation culturelle.

Les politiques muséales locales se caractérisent par une volonté, plus ou moins forte, des élus de valoriser l’accès à la culture à l’ensemble de la population. Ainsi, elles sont marquées par une évolution du référentiel de démocratisation. La fin des années 1960 a été marquée par le rejet d’une culture élitiste, au profit de la culture pour tous. La première grande étude sur les musées est conduite par Pierre Bourdieu et Alain Darbel en 1966, à la demande du général de Gaulle et d’André Malraux, s’intitule L’Amour de l’Art : les musées d’art européens et leur public. En dressant une typologie des visiteurs des musées, elle dénonce l’illusion d’un musée ouvert à tous. Leur analyse sociologique montre que la fréquentation des musées et la motivation des visiteurs varie selon le degré d’instruction et l’influence de la scolarité. En revanche, le niveau de revenu n’est pas un facteur déterminant de visite et l’influence du tourisme peu importante.

Commentaires