Le gros plan d'objet dans "Le crime était presque parfait" d'Alfred Hitchcock Travail de Recherche

Le gros plan d'objet dans "Le crime était presque parfait" d'Alfred Hitchcock
Travail de recherche sur les gros plans d'objet dans "Le Crime était presque parfait" d'Hitchcock qui révèle des détails que les personnages « victimes » de la machination ignorent.(pdf)
№ 31420 | 3,010 mots | 5 sources | 2015 | FR
Publié le juin 22, 2015 in Cinéma
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

A l'exception de quelques rares plans de visage, la trentaine de gros plans présents dans "Le Crime était presque parfait" d'Hitchcock ne portent que sur des objets, précisément choisis. Hitchcock dirige ainsi le regard du spectateur, et les gros plans jouent un rôle prépondérant dans la compréhension de l'intrigue mais aussi dans l'implication émotionnelle de son public. Ce film est l'histoire de plusieurs manipulations successives, et au travers de ces gros plans, Hitchcock focalise l'attention du spectateur sur des détails qui le poussent à mener lui-même une réflexion. Ce document s'intéresse au sens donné par ces gros plans d'objets et par leur intégration dans le montage du film.

1. Le gros plan comme indice
2. Les effets produits sur le spectateur
3. Le gros plan dans son contexte

Extrait du document:

Une fois encore, les gros plans mettent l'accent certes sur les objets qui devraient conduire à la perte de Margot, mais aussi sur des détails qui constituent une faille dans le plan de Tony, qu'il tourne malgré tout à son avantage. En effet, il se débrouille pour mettre la clé à sa place sur la marche de l'escalier, et il a très peu de retard lorsqu'il appelle chez lui pour permettre à Lesgate de tuer Margot.
Par contre, il n'avait pas prévu que sa femme se défendrait avec la paire de ciseaux. Cela peut expliquer pourquoi ce moment crucial dans le film, lorsque Margot plante la paire de ciseaux dans le dos de Lesgate, n'est pas filmée en gros plan mais en plan rapproché.

Commentaires