Le traitement des eaux Travail de Recherche by kolabo13

Le traitement des eaux
Mémoire qui traite des différents procédés de traitement des eaux usées et de leur efficacité.
№ 2434 | 2,990 mots | 8 sources | 2007
Publié le janv. 03, 2008 in Ingénierie , Sciences de l'Environnement , Géographie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’eau potable, dont l’homme use et souvent abuse, n’est pas illimitée. Elle doit être traitée. Le but de ces différents traitements est de diminuer suffisamment la quantité de substances polluantes contenues dans les eaux usées, tout en tendant vers l’idéal de traiter l’eau, sans avoir recours à des réactifs chimiques.
Existe-t-il des procédés de filtration tendant vers cet idéal ? Que va devenir cette fragile ressource ? Le manque d’eau est-il susceptible, dans un futur proche, de générer de nouveaux conflits entre états ?

1) Les procédés classiques de traitement des eaux (TDE)
1.1. L’oxydation
1.2. La clarification
1.3. La désinfection

2) Le traitement des odeurs

3) La filtration sur membranes : un procédé d'avenir
3.1. L’ultrafiltration
3.2. La nanofiltration

4) D'autres manières de traiter l'eau
4.1. La distillation
4.2. L’osmose inverse

5) Conclusion

Extrait du document:

Si les eaux à traiter contiennent beaucoup de matières organiques ou encore de l’ammoniaque, du fer ou du manganèse, une étape d’oxydation préalable (aussi appelée préoxydation) est nécessaire. Ce traitement, en tête de filière, se justifie en raison de ses multiples objectifs : l’élimination des goûts, de l’odeur, de la couleur et l’inhibition de la croissance algale dans les ouvrages de clarification. En somme, elle a pour objectif l’amélioration des qualités organoleptiques d’une eau. Le principal oxydant utilisé est le chlore en vue de l’élimination de l’ammonium et accessoirement des algues.
L’élimination des micropolluants organiques de type pesticide, peut passer par une interoxydation. L’amélioration des qualités organoleptiques, et une élimination des micro-organismes les plus résistants, tels que virus, kystes de protozoaires, et spores, peuvent être également les buts recherchés. Depuis un certain nombre d’années, l’augmentation de la biodégradabilité des matières organiques, par transformation du carbone organique réfractaire en carbone assimilable, est devenue une raison supplémentaire d’installer une telle étape.

Commentaires