Le vide dans l'espace public Travail de Recherche by nebelherz

Le vide dans l'espace public
Travail de recherche se demandant dans quelle mesure le vide de l'espace public fait sens vis-à-vis de son contexte et de ses usagers. (pdf)
№ 23695 | 2,720 mots | 7 sources | 2011
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Suite à l'analyse de sites comme la place de Beaubourg à Paris, l'Alexander Platz à Berlin ou encore le site Unimetal à Caen, on constate que plus une ville est dense, plus elle a besoin d'espaces vides. Les raisons de ce besoin sont diverses mais elles ont comme point de convergence un rapport au temps. En effet, la densité d'une ville a tendance à dilater la notion de temps habituellement
réglée par l'horloge naturelle des saisons, du jour et de la nuit ; l'ouverture de l'espace public sur la lumière solaire et le temps de la marche sur le site sont autant de moyens de retrouver un rythme plus stable, plus naturel. Le vide permet une respiration dans la ville.
Mais le vide, par définition, symbolise l'absence de repères, l'absence de tout, le rien. La nudité d'un espace engendre la peur du vide , une appréhension, une insécurité qui nous pousse à limiter cet espace, à le structurer, à l'aménager. Le vide nécessite de n'être plus vraiment vide mais suffisamment important pour qu'on le ressente sans le fuir.
D'un autre côté, le vide se caractérise par ce qui l'entoure et suivant la nature de ce contexte, le vide est plus ou moins accentué. Il nous invite à le remplir et en cela il devient une lieu de rassemblement, de passage, de partage. La circulation a besoin d'espace vide, habiter aussi, l'architecte ne travaille pas le plein mais aménage,
ménage le vide. Le vide de l'espace public serait à la fois universel et personnel. En effet, les usagers s'approprieraient le vide. Chacun à son rythme, sa hauteur, son rapport aux autres. La découverte du vide se ferait donc progressivement par l'individu. Cette perception changerait selon l'individu et le contexte de l'espace (météo, heure, fréquentation, aménagement éventuel).

I/ Le vide et le temps
II/ Le signe vide
III/ Le vide comme facteur social

Extrait du document:

Si l'on prend l'exemple d'Alexander Platz à Berlin l'on peut dire que le vide de l'espace modifie la perception du temps car l'esplanade est si étendue qu'elle donne une impression d'infini comme si sa traversée s'allongeait. Sans repère, les dimensions de la place s'agrandiraient à nos yeux par cette impression d'immensité. D'un autre côté, c'est l'espace vide dans la ville qui permet de se re-situer dans le temps car il s'ouvre sur le ciel et nous permet d'évaluer le moment de la journée.

Commentaires