Leopardi contre « il secolo superbo e sciocco »: les Operette morali Travail de Recherche

Leopardi contre « il secolo superbo e sciocco »: les Operette morali
Travail de recherche s'appuyant sur l'œuvre « les Operette morali » et se demandant en quoi il est légitime de dire que Leopardi méprise l'idée de progrès scientifique et spirituel. (pdf)
№ 27576 | 5,100 mots | 12 sources | 2011 | FR
Publié le janv. 03, 2012 in Littérature , Sciences , Littérature Etrangère
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les Operette morali, qui mettent en relief une vision de la réalité systématique et
d'extraordinaire profondeur, empreinte du conflit entre la vanité des illusions humaines et le manque de sens du monde après cette prise de conscience, à travers l'ironie, posent l'accent sur les conséquences du matérialisme pour l'homme, son rôle dans l'univers, la prétendue bonté de la nature et l'illusoire progrès de l'humanité. Contrecarré, incompris par les intellectuels et le public, Leopardi fait l'expérience tragique de l'inactualité : déphasé par rapport à son siècle, il lui est impossible de communiquer avec le système de la modernité, à cause de l'incompatibilité de sa philosophie avec les positions progressistes, catholiques et libérales du Risorgimento, qui sont, à l'époque, dominantes. Méprisant l'idée de progrès scientifique et spirituel, Leopardi dans les Operette, se moque des conquêtes modernes : ce sont, pour lui, des fantômes, des fictions sournoises. L'approfondissement qui permet d'éclairer ces éléments nous conduit à isoler certaines idées qui touchent, en particulier, les études de jeunesse au sujet de matérialisme et de cosmologie et la condamnation de l'anthropocentrisme, strictement lié au géocentrisme ; la condition de la connaissance moderne et, par conséquent, la critique de la raison et de la science, qui entraîne une polémique anti-technologique et une représentation caricaturale des savants.

I. Les études au sujet de matérialisme et de cosmologie
II. La critique de la raison et de la science

Extrait du document:

Leopardi nous décrit personnellement sa formation, en rappelant la richesse de la bibliothèque de son père, où il passe la majeure partie de sa vie de façon autonome par rapport aux précepteurs, jusqu'à quand la santé le lui permit. Il s'occupe de la science dès sa jeunesse mais, pour évaluer l'amplitude des connaissances du poète dans ce domaine, il faudrait approfondir la lecture des essais qu'il écrit déjà à l'âge quinze ans, quand l'auteur fait appel aux scientifiques de l'époque moderne du XVIe et du XVIIe siècle, quand il enquête sur la nature et en découvre ses lois.
  • Commentaire d'un extrait de "La généalogie de la morale" de Nietzsche, portant sur l'origine de la faute.
    № 10880 | 765 mots | 0 sources | 2006 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Travail de recherche se demandant quelles sont les caractéristiques de la morale victorienne, et dans quelle mesure ce terme correspond vraiment à la situation du Royaume-Uni à cette époque.
    № 19659 | 4,600 mots | 5 sources | 2010 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture portant sur la "Théorie des sentiments moraux", développée par le philosophe et économiste du XVIIIème siècle, Adam Smith, qui tente d'apporter une définition du sens moral.
    № 751 | 10,770 mots | 11 sources | 2007 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires