« Les trois Grâces », de Raphaël et « Les Demoiselles d'Avignon » de Picasso Travail de Recherche

« Les trois Grâces », de Raphaël et « Les Demoiselles d'Avignon » de Picasso
Travail de recherche se demandant en quoi « Les trois Grâces », de Raphaël et « Les Demoiselles d'Avignon » de Picasso s'opposent quant à la représentation du corps féminin et quels changements cela montre.
№ 27721 | 1,380 mots | 2 sources | 2010 | FR
Publié le janv. 22, 2012 in Arts Plastiques / Dessin , Arts
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les deux œuvres proposées pour l'analyse, l'une de l'espagnol Pablo Picasso réalisée en 1907 « Les Demoiselles d'Avignon » et l'autre de l'italien Raphaël « Les trois Grâces », réalisée entre 1504 et 1505 s'inscrivent parfaitement dans la représentation du nu féminin. Toutefois nous pouvons constater que, d'une œuvre à l'autre, et donc, d'une époque à l'autre, les représentations sont totalement différentes. En effet, si à la Renaissance le nu se devait avant tout d'être esthétique et ne surtout pas choquer par l'érotisme suggéré, dès le XIXe siècle, les nus deviennent beaucoup plus "crus", réalistes. Puis peu après cet accent réaliste, le cubisme vient révolutionner le nu, qui va se représenter sous des abstractions géométriques.


I- Analyse comparative
II. Les différences

Extrait du document:

Les deux œuvres que nous étudions sont de deux époques différentes. C'est donc pour cela que leurs conceptions sont différentes. En effet, l'œuvre de Raphaël a été réalisée entre 1504 et 1505. Cependant cette œuvre met en évidence plusieurs courants artistiques. La palette de couleur est typique du cubisme avec les rouges, le blanc, le gris, l'ocre, le rose pâle, et la touche bleutée. En revanche dans le traitement des corps, ce n'est pas du tout le cubisme qui est mis en avant, mais plutôt le classicisme qui est aussi mis en évidence avec la représentation de groupe de nus. Par l'ensemble de l'analyse, nous pouvons donc dire que cette œuvre s'ancre bien dans son époque.

Commentaires